jeudi 23 décembre 2010

Biscuits aux deux gingembres ('stem gingernuts')



Des biscuits 'so british' et si délicieux. Ils contiennent du gingembre sous deux formes: en poudre (classique), mais également du 'stem ginger', c'est à dire du gingembre chinois au sirop, sous forme de petites boules confites à la magnifique couleur ambrée. Idéal pour affronter le froid et la neige, donc. Cette recette vient du Great British Book of Baking, je l'avais préparé pour offrir des petits biscuits pour les fêtes, c'est toujours gai d'offrir quelque chose qu'on a préparé soi-même!

Ingrédients (pour 24 biscuits environ)

350g de farine fermentante
3 'noix' de gingembre confit
85g de golden syrup
1 cuill à soupe de gingembre en poudre
1 cuill à café de bicarbonate de soude
115g de beurre
1 oeuf battu
200g de sucre


Préparation:


Faites fondre à feu doux le beurre et le golden syrup dans une petite casserole. Retirez du feu dès que l'ensemble est fondu. Dans un grand bol, mélangez la farine, le bicarbonate, le gingembre en poudre. Émincez le gingembre confit en petits cubes. Ajoutez le mélange beurre/syrup refroidi à la farine, avec le sucre et le gingembre confit, mélangez bien à la cuillère en bois pour tout incorporer.
Façonnez à la main, de petites boules de la taille d'une noix. Placez les boules, espacées de quelques cm sur la plaque à pâtisserie de votre four (j'en ai mis 12 par fournée), et enfournez pour 15-20 minutes thermostat 4, jusqu'à ce que les biscuits soient juste dorés. Retirez la plaque du four, laissez refroidir 5 minutes sur la plaque avant de décoller les biscuits, et recommencez avec la deuxième fournée.
Laissez refroidir sur grille. Ces biscuits se gardent aisément quelques jours dans une boîte en métal.





Bon appétit et Joyeux Noël à tous!

vendredi 17 décembre 2010

Gravlax au poivre cubèbe, pain de levain au cumin, et repas 'Esprit de Noël'



Et oui, déjà une nouvelle édition de notre repas à 4 blogueurs, avec un thème bien de saison puisque Fanny avait choisi de célébrer l'Esprit de Noël. Je devais faire l'entrée et j'avoue que j'ai longuement hésité, car si dans ma famille les repas de Noël sont pantagrueliques, le menu change tous les ans, il n'y aucune entrée qui soit vraiment emblématique... Finalement je me suis décidé pour un gravlax, car même si le saumon n'est plus autant symbole de fêtes que quand j'étais petit, ça reste quand même délicieux, et un gravlax préparé maison, c'est super facile et ça vaut mieux que bien des saumons fumés!

Traditionnellement, le gravlax accompagne les repas de fêtes en Suède et dans la plupart des pays scandinaves. Il s'agit d'un pavé de saumon frais mariné avec du sel, du sucre et de l'aneth, jusqu'à ce qu'il soit comme confit: on peut alors le couper en tranche et le servir comme du saumon fumé. Le poivre traditionnellement utilisé est du poivre blanc, mais j'ai choisi du poivre cubèbe ou poivre à queue, au goût frais et piquant, et j'ai également ajouté un peu de mezcal mexicain à la marinade.

Je l'ai servi sur du pain levain maison (à partir d'un levain démarré avec du kéfir) au cumin, légèrement grillé et refroidi, avec des tranches de concombre, de la sauce "hovmästarsås"et des petits morceaux de peau de saumon grillé.

Mais revenons tout d'abord au menu, Marion nous a proposé en apéritif une soupe de chicon aux pétoncles, relevée d'un peu de goda massala et de piment d'espelette:


En plat, Apolina nous a offert des roulades de dinde aux canneberges et pistaches, avec une sauce au fond de gibier et grand Marnier


Et enfin, le dessert préparé par Fanny: un pudding à l'anglaise, riches en fruits secs et au doux parfum de clémentine:


Pour la recette du gravlax:

Ingrédients:

1 beau filet de saumon avec peau (800g environ)
6 cuill à soupe de gros sel
5 cuill à soupe de sucre
2 cuill à soupe de cubèbe (ou de poivre blanc)
1 cuill à soupe de mezcal
quelques brins d'aneth

Pour la sauce:
Moutarde, huile, sucre, vinaigre de pomme et aneth hachée


Préparation:




Lavez consciencieusement le filet de saumon (en vérifiant avec les doigts qu'il ne reste pas d'arêtes le long de la colonne). Coupez dans la largeur en deux parties égales. Mélangez dans un bol le sucre, le sel et le poivre. Versez 3 cuill à soupe de ce mélange au fond d'un plat ayant à peu près la taille des morceaux de saumon. Posez dessus un morceau de saumon, côté peau vers le bas saupoudrez de 3 cuill à soupe de mélange, puis les brins d'aneth (selon votre goût), 2 cuill à soupe de mélange, puis posez la seconde pièce de saumon, côté peau vers le haut, pour que les deux morceaux  "s'emboîtent" le mieux possible. Ajoutez le reste de mélange et la cuill à soupe de mezcal. Couvrez de film plastique, d'une petite tablette (pour répartir le poids, j'ai découpé le fond en frigolite/polystyrène d'une barquette de supermarché) et d'un poids.


Laissez mariner trois jours au frigo, en retournant le sandwich de saumon toutes les 24h. Après ce temps, retirez le saumon de sa saumure, rincez et séchez le mieux possible avec du papier absorbant (à ce stade le gravlax peut être conservé plusieurs jours bien enveloppé dans du film plastique). Pour servir, coupez des tranches fines au couteau (sans la peau, devenue dure, celle-ci peut être frite ou grillée et servie en accompagnement, c'est délicieux et croustillant), servez sur du pain grillé et refroidi, avec la sauce "hovmästarsås" (préparé en mixant moutarde, vinaigre et sucre avant d'ajouter petit à petit de l'huile et de finir avec de l'aneth ciselée).



Bon appétit et Joyeuses Fêtes!

mardi 14 décembre 2010

Scone aux pommes et au kéfir



Il y a beaucoup de concours culinaires à la télévision ces derniers temps, et à moins d'y passer toutes ces soirées, on ne peut pas tout regarder. J'avais regardé Top Chef  l'année dernière et j'avais beaucoup aimé, par contre j'ai fait l'impasse sur MasterChef, bien trop long et soporifique. Je regarde de temps à autre la version originale britannique de Masterchef, mais la formule commence à lasser après déjà tant d'années. cet automne, par contre, je me suis passionné pour 'The Great British Bake Off', concours de 'baking' (patisserie + boulange), présenté par des animatrices très sympathiques et avec deux juges formidables qui ne sont pas là pour casser du candidat mais pour juger honnêtement leurs préparations: Paul Hollywood (spécialiste du pain) et l'adorable Mary Berry (spécialiste des gâteaux). J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette compétition, et lors de notre voyage à Londres je n'ai pu résister au plaisir de m'offrir le livre qui l'accompagne, 'The Great British book of Baking', qui regorge de recettes traditionnelles anglaise, comme ce scone aux pommes, qui n'est pas découpé en petits scones ronds, mais présenté comme une galette divisée en huit.J'ai utilisé du kéfir car j'en ai toujours au frigo, mais la recette originale utilise simplement du lait. Nous l'avons mangé en un repas, bien chaud,  accompagné de fromage: comté et gorgonzola et c'était délicieux!


Ingrédients:

250g farine
1/2 cuill à café de cannelle en poudre
1/2 cuill à café de bicarbonate de sodium (ou de levure chimique)
60g de beurre
60g de cassonade brune
1 grosse pomme coupée en dés
environ 150ml de kéfir (ou de lait)



Préparation:

Dans un saladier, mélangez la farine, avec la cannelle et le bicarbonate. Ajoutez le beurre bien froid coupé en dés. Travaillez du bout des doigts pour incorporer le beurre à la farine. Quand l'ensemble est bien sablé, ajoutez la cassonade, un peu de sel (en fonction de votre goût), incorporez les dés de pommes, puis le kéfir (ou le lait) petit à petit (la quantité donnée est juste indicative), pour obtenir une pâte molle mais non collante.
Formez cette pâte en boule en farinant vos mains, puis écrasez la pour obtenir un disque épais de 20cm de diamètre environ.
Avec un couteau tranchant, coupez en 8 parts mais sans détacher les huitièmes ainsi obtenus. Dorez le dessus du scone avec un peu de kéfir, saupoudrez d'un peu de cassonade et enfournez à 200°C pour environ 20-25 minutes, jusqu'à ce qu'il soit bien doré.
Laissez refroidir 5 minutes avant de détacher les parts. Mangez encore chaud avec du fromage ou ce qu'il vous plaira.


Bon appétit!

Riz vert à la mexicaine: "Arroz verde" (aux piments 'pénis')


Ce riz vert à la mexicaine est une recette de fête: le riz rouge est pour tous les jours, le riz blanc pour les baptêmes et communions et le riz vert pour les fêtes. La couleur vient d'un mélange d'herbes, mixé avec du bouillon de poulet qui sert d'eau de cuisson au riz. Le riz est pimenté par la présence de piments verts dans le bouillon: il s'agit normalement de piments poblanos, mais comme il est difficile d'en trouver des frais en Belgique, j'ai utilisé des piments du jardin, les piments 'Peter' aussi appelé piment 'penis' (si, si! ;-) car leur forme peut laisser penser à... (à vous de juger avec laphoto ci-dessous ;-) J'ai trouvé les graines de ces piments aux Jardins de Pomone). Malheureusement dans notre jardin de vilaines bébêtes voraces se sont pris d'affection pour ces piments, qui à force de se faire bouffer les feuilles ont pris beaucoup de retard et nous ont donc donné des piments très tard dans la saison. Pas de jolis piments rouges donc, mais du coup j'avais des piments verts pour cette délicieuse recette!


Ingrédients: (1 tasse = 250ml)

1 tasse de riz long grain
1 branche de cèleri (et c'est là qu'on voit l'utilité d'avoir un cèleri perpétuel au jardin ou au balcon)
2 piments poblanos (ou 4 piments verts) grillés, pelés et épépinés
1 gousse d'ail émincée
1 petit oignon émincé
1 petit bouquet de coriandre
1 petit bouquet de persil
1,5 tasse de bouillon de poule (375ml)
1 tasse de petits pois décongelés (si vous avez des petits pois frais, les blanchir préalablement)
2 cuill à soupe d'huile
1/2 cuill à café de sel (à doser selon le sel contenu dans le bouillon de poule)


Préparation:

Dans une petite casserole, faire chauffer dans 250ml d'eau: céléri, piment, ail, oignon, coriandre et persil grossièrement hachés. Amenez à ébullition et faites mijoter 10 minutes. Passez au mixer, ajoutez le bouillon de poulet et faites chauffer à feu doux.
Dans une cocotte à fond épais, faites revenir le riz dans deux cuill. à soupe d'huile à feu moyen pendant 5 minutes environ, jusqu'à ce que les grains deviennent opaques (mais avant qu'ils ne deviennent bruns). Ajoutez alors le bouillon vert chaud (attention, ça va bouillonner sévère!). Baissez le feu, couvrez et faites cuire 12 minutes à feu très doux, en ajoutant les petits pois après 8 minutes. Coupez le feu, remuez le riz à la fourchette, couvrez à nouveau et laissez finir de cuire à la vapeur pendant 10 minutes environ. Servez bien chaud.

Bon appétit!







jeudi 9 décembre 2010

L'apéro du Petit Chaperon Rouge pour sa Mère-grand et repas 'Contes de Fées'


 Nouvelle édition de notre petit repas sans chichis à 4 blogueurs. Cette fois c'est moi qui avait choisi le thème: 'Contes de Fées' et chacun s'est creusé la tête pour trouver un plat inspiré par un conte. Pas facile, mais au final le challenge a été très réussi.

Pour l'entrée, Marion nous a régalé d'une rillette de lapin inspiré du premier cadeau du chat Botté à son maître.

Ensuite Fanny nous a servit un délicieux poulet au cidre inspiré du 'Fantastique Maître Renard' de Roald Dahl.


Enfin pour terminer sur une note sucrée, ce n'est pas Apolina, mais bien Tara, sa fille, qui nous préparé avec beaucoup de précision et de patience (surtout qu'on lui mettait un peu la pression) ces mignonnettes maisons en bonbons et biscuits inspirées de Hansel et Gretel.




Pour ma part, pour l'apéro, j'avais tout de suite pensé au Petit Chaperon Rouge. Tout le monde a en tête la galette et le petit pot de beurre, de la version de Perrault, mais dans la version des frères Grimm, c'est une galette et une bouteille de vin qu'elle apporte à sa mère-grand. Comme la visite au salon Mégavino et la dégustation de cocktails aux vins de Bordeaux était encore proche dans mon esprit, je me suis imaginé le petit Chaperon Rouge agrémentant le vin pour sa mère-grand de quelques fruits rouges alors qu'elle traverse la forêt. Mûres et framboises pour la fraîcheur et l'acidité, sirop de sureau (préparé maison cet été) pour la touche sucrée et une pointe de romarin pour évoquer les sapins de la forêt. Même inspiration pour la galette, je suis parti de la recette de la galette bretonne sucrée de ma maman, j'ai remplacé le sucre par du parmesan et ajouté un peu de romarin et de sauge, et nous voilà partis à travers les bois avec le Petit Chaperon...


Cocktail au vin du petit Chaperon Rouge aux mûres, aux framboises, au sureau et au romarin:


Ingrédients:

1 bouteille de vin rouge, plutôt jeune et fruité (type Côtes de Blaye)
1 petite ravier de mûres
1 petit ravier de framboises
150 ml de sirop de sureau
1 brin de romarin

Préparation:

Écrasez les mûres et les framboises et le romarin dans un chinois au dessus d'un récipient pour en recueillir un maximum de jus et de pulpe mais pas les pépins. Mélangez la purée de fruit ainsi obtenue avec le sirop de sureau.
Dans un grand shaker, versez la moitié de la préparation avec la moitié de la bouteilles de vin froid et quelques glaçons. Secouez et servez dans des verres à vin.


Galette salée du Petit Chaperon Rouge au parmesan, à la sauge et au romarin:

Ingrédients:

250g de farine
125g de beurre salé
3 jaunes d'œufs
5 cuill à soupe de parmesan rapé
quelques feuilles de sauge ciselées
1 brin de romarin haché finement
sel, poivre

Préparation:

Dans un grand bol, versez la farine et faites un puits au centre.Versez-y deux jaunes d'œufs, le beurre coupé en cubes, le parmesan, la sauge et le romarin. Salez, poivrez, et commencez à travailler du bout des doigts en ramenant la farine vers l'intérieur, jusqu'à ce que l'ensemble forme une boule compacte. S'il reste trop de miettes difficiles à agglomérer, ajoutez un peu d'eau ou de bouillon pour former la boule. Laissez reposer 1/2h au frigo.
Recouvrez le fond d'un plat à tarte (en métal de préférence pour une meilleure cuisson du fond) de papier sulfurisé. Étalez la boule de pâte avec le poing et les doigts jusqu'à ce qu'elle remplisse le moule (ça demande un peu de patience, car la galette doit être assez fine).
Fouettez le dernier jaune d'œuf et utilisez vos doigts pour l'étalez sur la galette pour qu'elle soit joliment dorée après la cuisson. Avec une fourchette, griffez la surface de la pâte, trois fois dans une direction puis trois fois en diagonale pour obtenir des losanges.
Enfournez à four chaud (200°C) pour 20 à 30 minutes environ.
Laissez refroidir pour que la galette se raffermisse et servez en apéritif ou en pique-nique.

Bon appétit!

lundi 6 décembre 2010

Coings confits à la mexicaine




Bon, honnêtement, je ne suis pas du tout sûr qu'ils font des coings confits au Mexique, mais cette recette m'a été inspirée par la courge confite mexicaine que j'avais préparée pour le jour des Morts (calabaza en tacha). Il me restait de l'eau de chaux (payée chère à la pharmacie, j'ai depuis découvert grâce à Apolina qu'on en trouve aussi dans les boutiques indiennes sous forme de pâte à diluer pour presque rien), et je me suis dit que ça pouvait être une façon intéressante de préparer les coings du jardin. Et je ne me suis pas trompé, après trempage dans l'eau de chaux et cuisson dans le sirop, les coings sont à la fois fermes et fondants (comme dans la recette des coings rôtis au four), et le mélange cassonade-mélasse leur donne un fabuleux goût de réglisse...


Ingrédients:

6-8 coings de taille moyenne (les miens sont plutôt petits) ou 3-4 gros coings
700g de cassonade brune
2 cuill à soupe de mélasse
2 bâtons de cannelle
eau de chaux (facultatif)
Préparation:

Nettoyez les coings et coupez les en quartier. Il n'est pas nécessaire de les peler, vous pouvez les épépiner si vous voulez, mais je préfère par facilité (c'est dur un coing!) retirer les cœurs quand les coings sont confits. Mettez les fruits coupés à tremper dans de l'eau de chaux (si vous en avez) pendant 3h au moins (l'eau de chaux renforce les membranes cellulaires et évite que les fruits ne se décomposent à la cuisson, ce n'est pas vraiment nécessaire pour les coings qui sont déjà des fruits fermes, mais puisque j'avais de l'eau de chaux en stock...).
Faites un sirop avec la cassonade, la mélasse et environ 600ml d'eau. Ajoutez les bâtons de cannelle et laissez bouillonner quelques minutes. Ajoutez alors les fruits (bien rincés si vous les avez trempés), amenez à ébullition, baissez le feu, couvrez et laissez mijoter deux bonnes heures en retournant les fruits de temps en temps. Au bout de ce temps, ôtez le couvercle, et poursuivez la cuisson à feu fort pendant 1/2h pour évaporer une partie du sirop et caraméliser les fruits.
Versez dans un bocal stérilisé et laissez refroidir.
Servez froid (ou tiède) avec du fromage blanc: hummm...


Bon appétit!



jeudi 2 décembre 2010

Dîner à l'Air du Temps et dégustation de Vins d'Alsace

Il y a quelque temps, le CIVA avait invité quelques blogueurs belges au restaurant Jaloa, à Bruxelles pour une rencontre informelle autour d'un superbe dîner. Je suppose que nous avions du paraître présentables à cette occasion car il y a peu une nouvelle invitation fut lancée par Sopexa, pour une dégustation de Vins d'Alsace à l'Air du Temps, restaurant deux étoiles. Comment résister à l'envie de découvrir la cuisine raffinée de Sang-Hoon Degeimbre, dont j'avais déjà entendu tant de bien, le tout en découvrant la diversité des Vins d'Alsace?


 Je ne vais pas vous faire un compte-rendu par le détail de tout ce que nous avons découvert ce soir-là, mais si vous voulez en savoir, vous trouverez de très complets compte-rendus chez Manue, alias Mlle Banane, chez Philou et chez Fanny, de Food and Fashion.




  
 J'ai récupéré les photos du photographe officiel, fournies gentiment par Sopexa (plus de photos ici)car elles sont magnifiques et que de toute façon, ce soir-là mon appareil était parti vers une autre soirée prestigieuse, le concert Pergolèse des Muffatti à Bozar.




La cuisine de Sang-Hoon Degeimbre avait tout pour me plaire, puisqu'il mêle avec talent des influences japonaises ou coréennes à ses préparation raffinées, où les herbes et les fleurs ont aussi leur place.





Et effectivement ça m'a beaucoup plus, j'ai aimé être surpris par des accords, réveillé par quelques touches audacieuses comme cette sauce aux piments coréens (pois rouges) au milieu des pois verts de purée de mouron des oiseaux avec le rouget.



 Bref, un enchantement du début à la fin!



Et les Vins d'Alsace dans tout ça? Et bien ils étaient présents et bien présents, puisque pas moins de 14 vins nous furent servis en dégustation: Crémants, Sylvaner, Riesling, pinot blanc, gris, noir, Gewurztraminer...




 Le hic (et oui, il y a un hic), c'est que l'Air du temps est situé à Noville-sur-Mehaigne (Eghezée), et que je devais ensuite reprendre le volant pour rentrer sagement à Bruxelles.





 J'ai donc du me contenter d'une gorgée par verre de vin, ce qui avouez-le est assez frustrant! Heureusement il y avait aussi les explications de Thierry Fritsch venu directement d'Alsace pour nous présenter ces vins, ce qui m'a permis de repartir un peu moins bête chez moi.



 J'ai eu deux petits coups de cœur au niveau des vins, mais j'ai déjà oublié lesquels, il faut que je retrouve mes notes! ;-) En tout cas, je me souviens qu'il s'agissait de vins parfaitement abordables, dont un était dispo au Delhaize, ce qui m'arrange bien car je ne suis pas un grand coureur de caves! ;-)


Une magnifique soirée, donc, pour la nourriture divine, les vins choisis et bien sûr également la délicieuse compagnie d'autres blogueurs!
Un grand merci à Sopexa et aux Vins d'Alsace!





mardi 30 novembre 2010

Rhum arrangé aux coings et au caramel

 J'avais déjà réalisé une vodka aux coings il y 2-3 ans en suivant la recette de Nigella Lawson dans son livre "How to be a domestic goddess". Fanny m'y a refait penser il y a peu en réalisant à son tour une séduisante variante de cette recette, au genièvre et à la vanille. Comme j'avais encore des coings du jardin, je me suis dit qu'il était temps, et voici donc une nouvelle variante, à base de rhum cette fois, avec cannelle et cardamome noire (dont j'adore les arômes camphrés et fumés) et également du caramel car si j'avais bien aimé le parfum de ma vodka aux coings, comme ceux-ci ne sont pas sucrés, c'était un alcool assez sec et je pense que cette fois ça devrait être encore plus à mon goût.


Ingrédients:

2-3 gros coings (ou pour moi 4-5 coings plus petits du jardin)
1 bouteille de rhum blanc
1 bâton de cannelle
4 cardamomes noires
4 cuill à soupe de sucre

Préparation:

Enlevez le duvet des coings et coupez les en quartiers.
Faites chauffer le sucre avec un tout petit peu d'eau pour obtenir un caramel blond. Versez le caramel encore chaud au fond d'un grand bocal propre. Jetez les cardamomes noires et le bâton de cannelle dans le caramel encore chaud. Posez les coings sur le caramel puis versez le rhum sur le tout (assurez vous que le rhum recouvre les quartiers de coing). Fermez le bocal et attendez patiemment au moins deux mois avant déguster!

Patience!

jeudi 25 novembre 2010

Basse-côtes d'agneau au pickles de coings et au kéfir

 

  

Une recette super simple à préparer une fois que le pickles de coings est prêt. Je me suis inspiré du curry d'agneau au pickles de mangues verts, mais je l'ai préparé avec mon pickle/chutney de coings. Pour contrebalancer le piquant du pickle, la recette originale utilise du yaourt, mais comme je prépare du kéfir de lait régulièrement, c'est ce que j'ai utilisé, et c'était surprenant et très bon.


Ingrédients:
6 basses-côtes d'agneau
3 gousses d'ail
5 cuill. à soupe de pickles de coings (ou de pickles de mangue en pot)
200ml de kéfir ou de yaourt battu
quelques brins de coriandre 


Préparation:

Si vous y pensez, faites mariner dès la veille les basses-côtes d'agneau avec les gousses d'ail émincées, du sel et un peu d'huile dans un sac congélation au frigo. Sinon, faites le au moins 1h avant, à température ambiante.
Versez un peu d'huile ou de ghee dans une sauteuse à fond épais, et faites y revenir les basses-côtes encore recouvertes d'ail pendant quelques minutes de chaque côté, jusqu'à ce qu'elles soient dorées. Ajoutez alors le pickle de coings, mélangez bien, et ajoutez enfin le kéfir ou la yaourt. Couvrez et laissez cuire pendant 15-20 minutes jusqu'à ce l'agneau soit fondant et tendre. Servez bien chaud, parsemé d'un peu de coriandre avec un riz basmati.


Bon appétit!


lundi 22 novembre 2010

Pickle / chutney de coings à la cardamome noire



 


Je vous ai déjà parlé du fameux pickles de carottes dont la recette m'avait été donné par Apolina et que je m'étais empressé de réalisé après y avoir gouté. Il y a peu Apolina a récidivé avec une variante à la rhubarbe, toute aussi addictive, que je me suis également empressé de réaliser avec la rhubarbe du jardin. A partir de cette géniale recette, j'ai improvisé ce pickle/chutney avec les coings de notre jardin. Pour changer un peu le goût , j'ai modifié un peu les épices de la recette du pickle de rhubarbe en remplaçant le fenugrec par de la cardamome noire, et j'ai réduit un peu la quantité de piments, le résultat est délicieux et je ne prépare plus de sandwich sans y mettre une bonne couche de ce pickle (le sandwich baguette / philadelphia / pickle est mon encas préféré du moment).

Ingrédients:

5-6 coings de taille moyenne (2-3 si ce sont de gros coings du commerce)
100 ml d’huile (j’ai utilisé l’huile de moutarde très forte en goût)
1cuill à soupe d'ail, grossièrement râpé
1 cuill à soupe de gingembre, grossièrement râpé
1 cuill à soupe de curcuma frais, grossièrement râpé (ou de poudre)
1 1/2 cuill à soupe de piment en poudre
les graines écrasées de 4 cardamomes noires
8 clous de girofle écrasés
4 cuill à soupe de gur (sucre brun indien) ou de sucre
250ml de vinaigre de cidre
2 cuill à soupe de sel

Préparation:

Faites chauffer l’huile. Faites y revenir l'ail, le gingembre et le curcuma jusqu'à ce que les ingrédients soient bien frits (il ne doit plus y avoir de trace d'humidité), ajoutez alors les coings pelés, épépinés et coupés en petits morceaux et tous les autres ingrédients. Mélangez bien et faites cuire environ 30 minutes jusqu'à ce que les coings soient bien tendres. 
Versez dans un bocal stérilisé (je le lave bien et puis je le passe quelques minutes au four). Ajoutez un peu d'huile de moutarde sur le dessus pour faire une couche de protection. Laissez mûrir le pickle quelques jours avant de le consommer, les arômes vont se développer et il n'en sera que meilleur.

Bon appétit!


jeudi 18 novembre 2010

Tatin briochée aux coings


Plein de coings dans le jardin cette année, donc je ne me prive pas de les cuisiner sous toutes leurs formes. Cette tatin de coings est très classique dans la forme, j'ai juste pris bien soin de cuire les coings dans le caramel (presque un toffee) jusqu'à ce qu'ils soient tendres, puis j'ai recouvert le tout d'une pâte levée légère (beaucoup moins de matière grasse qu'une pâte brisée ou feuilletée), pour un résultat délicieux.

Ingrédients:

2 gros coings ou 4-5 s'ils ont la taille d'une pomme
1 cuill à soupe de golden syrup ou de miel
4 cuill à soupe de cassonade
2 cuill à soupe de beurre

Pour la pâte:
150g de farine
1 cuill à soupe de beurre
1 cuill à soupe de sucre
1/2 cuill à café de levure de boulanger sèche




Préparation:

Préparez la pâte en mélangeant la farine, le sucre, la levure et une pincée de sel. Ajoutez juste assez d'eau tiède pour avoir une pâte type pâte à pizza, qui ne colle pas trop aux doigts. Pétrissez 5 minutes puis laissez gonfler 30 min dans un endroit tiède.

Dans un moule à manqué ou à tatin allant sur le feu, faites caraméliser ensemble la cassonade, le beurre et le golden syrup (ou le miel). Nettoyez le velours des coings mais ne les pelez pas, coupez en quartier, épépinez les, puis recoupez en 8, voire plus si se sont de gros coings. Faites les revenir dans le caramel dans le moule (ou dans une poêle si votre moule ne va pas sur le feu) pendant 15-20 jusqu'à ce qu'ils soient tendres et caramélisés.

Pétrissez la pâte 1 à 2 minutes, puis étirez la juste assez pour recouvrir le moule. Posez la pâte sur les coings, en l'enfonçant du bout des doigts sur les pourtours. Faites cuire environ 20 minutes à four chaud (180°C) et démoulez directement. Mangez tiède avec une boule de glace ou de la crème chantilly.


Bon appétit!

lundi 15 novembre 2010

'Tarte flambée' au saumon et à l'estragon


Un petite improvisation du soir avec très peu d'ingrédients trouvés dans le frigo ce jour-là: saumon frais, oignons jeunes et crème fraîche. L'estragon vient du jardin: je l'utilise en quantités généreuses avant que ses feuilles ne disparaissent avec l'hiver. Bon, le titre de tarte flambée est un peu usurpé, évidemment puisqu'on est loin de l'authenticité alsacienne, mais ça ne nous a pas empêché de nous régaler!


Ingrédients:

200g de saumon frais
4-5 oignons jeunes
3-4 cuill à soupe de crème fraîche épaisse
2 cuill à soupe de feuilles d'estragon hachées
250g de farine
1 cuill de levure de boulanger sèche
1/2 cuill à café de sel
1 cuill à soupe d'huile végétale


Préparation:

Préparez la pâte en mélangeant, farine, sel, levure, huile et juste assez d'eau tiède pour avoir une pâte qui ne colle pas trop aux doigts. Pétrissez 5 minutes puis laissez lever dans un endroit tiède pendant 30 min environ (plus si vous avez le temps).
Quand la pâte a levé, chassez en l'air d'un coup de poing rageur, puis pétrissez à nouveau 1-2 minutes. Étirez la sur votre plaque de four jusqu'à obtenir un rectangle a peu près de la taille de la plaque. Mélangez la crème fraîche avec l'estragon, sel et poivre. Étalez sur la pâte et garnissez de saumon coupé finement et d'oignons jeunes émincés.
Faites cuire à 200°C pendant 15-20 minutes environ.
Servez bien chaud.

Bon appétit!

lundi 8 novembre 2010

Pomme de terres rustiques aux épices,cuites au four.

Je suis bien embêté pour trouver un nom à cette recette. J'ai choisi pomme de terre 'rustiques' en souvenir de ces quartiers de pomme de terre mangés au Quick de la gare Montparnasse il y a quelques temps. Normalement je suis plutôt friterie que fast-food, mais bon, c'était un jour de grève nationale et ma petite sœur nous attendait là, donc on a cédé, et ce n'était pas mauvais (surtout parce qu'on avait très faim!).
En tout cas ces pommes de terre-ci sont carrément meilleures et en plus super facile à préparer: elles m'ont été inspirées par un mélange tout prêt acheté au Stone Manor: un assaisonnement en sachet pour des 'wedges' comme on dit la-bas, c'est à dire des quartiers de pomme de terre avec la peau. Dans le sachet tout prêt on trouve de la chapelure, du fromage déshydraté, des épices, du sel et tout un tas de trucs pas terribles: anti-agglomérants, anti-bidules, anti-trucs, etc. C'est pourquoi j'ai eu envie de préparer une version à ma manière (en utilisant mon mélange éthiopien berbéré que j'aime tant), que voici:


Ingrédients:

6-8 pomme de terre de taille moyenne
1 cuill à soupe d'huile
2 cuill à soupe de parmesan rapé
2 cuill à soupe de chapelure
1 cuill à café de sel
2 cuill à café de mélange d'épices berbéré (remplacez par le mélange d'épices de votre goût, pimenté ou non, avec des herbes, vous avez quartier libre! ;-)

Préparation:

Lavez et séchez  les pommes de terre mais ne les pelez pas. Coupez les en quartier, ou si elles sont plus grosses en 8 dans le sens de la longueur. Placez les dans un saladier, ajoutez l'huile, mélangez bien à la main pour les enrober de matière grasse, puis ajoutez le mélange parmesan-chapelure-sel-épices.
Déposez les quartiers de pommes de terre sur une plaque chaude (feuille en silicone pour moi) dans votre four (thermostat 7) et faites cuire 45 minutes environ en les retournant 1 fois ou deux pour qu'elles soient dorées sous toutes les coutures.
Laissez refroidir un peu  (pour ne pas vous brûler la langue) et servez en accompagnement ou en plat simple pour un soir avec une grande salade.

Bon appétit!

mercredi 3 novembre 2010

Boulettes d'agneau aux abricots et aux amandes et Repas Orange


Nouvelle édition de notre repas à 4 blogueurs. Cette fois Marion a décidé de changer un peu la donne en ne prenant pas un thème géographique, mais une couleur.  'Orange', donc et libre à nous d'interpréter. Comme en plus nous avions décidé de répondre à l'invitation des Vins de Bordeaux pour l'inauguration de leur stand au salon Mégavino juste avant le repas, nous avons du adapter le menu pour une préparation express en rentrant du salon (et une préparation simple qui plus est, car après les dégustations diverses et variées, tout le monde n'était pas en mesure de préparer des choses compliquées, hips! ;-))


La bonne surprise du salon, ce fut la présentation de cocktails aux vins de Bordeaux: ça faisait un peu peur à tout le monde, mais c'était en fait délicieux! Je reviendrai surement sur le sujet un de ces jours, mais pour vous donner une idée, le premier cocktail consistait en deux fraises écrasées avec une feuille de basilic, un peu de sirop de sucre et du Côtes de Blaye frais: le tout bien mélangé puis filtré: étonnament bon!


Pour ce qui est du repas, Apolina nous a servi un délicieux Doklha au potiron:


En entrée Fanny avait préparé une variante de sa tarte au potiron sur base de polenta:


Et en  dessert Marion nous a proposé un carrot cake:


Quant à moi, pour le plat, j'ai choisi une recette assez exotique et ancienne, puisque j'ai trouvé chez Claudia Roden, l'inspiration pour une recette qu'on retrouve dans un manuel de cuisine de Baghdad du XIIè siècle! Cette recette d'agneau (je l'ai faite avec des boulettes, mais des cubes d'agneaux ça marchera aussi très bien) est assez différente des traditionnels tajines marocains d'agneau aux abricots. Les abricots utilisés ici sont des abricots iraniens très peu sucrés et acides, dont le goût est adouci par des amandes (de la crème d'amandes pour moi) et parfumé par du safran, de la gomme mastic et de l'eau de rose... Les Milles et une nuits, en quelque sorte!


Ingrédients:

700g de viande d'agneau hachée
1 oeuf
3 cuill à soupe de chapelure
3 oignons
250g d'abricots secs iraniens (non sucrés, vendu dans les épiceries orientales)
1/2 cuill à café de coriandre en poudre
1/2 cuill à café de cumin en poudre
1 cuill à café de coriandre
3 cuill à soupe de crème d'amandes (dans les épiceries bio) ou 150g d'amandes hachées
1 pincée de safran
1 petit morceau de gomme mastic (de la taille d'un petit pois) - facultatif-
1 cuill à soupe d'eau de rose

(La photo n'est pas très glamour, mais c'est tout ce que j'ai!).

Préparation:

3h avant, recouvrez les abricots secs d'eau chaude et laissez tremper.
Mélangez dans un saladier la viande hachée avec l'oeuf battu, la chapelure, sel, poivre. Façonnez des petites boulettes de 2-3cm de diamètre.
Dans une cocotte à fond épais, faites revenir les boulettes dans 2 cuill à soupe d'huile pendant une dizaine de minutes jusqu'à ce qu'elles soient dorées sous toutes les faces. Retirez les de la cocotte à l'aide d'une écumoire et égouttez les sur du papier absorbant. Ajoutez une cuill. à soupe d'huile dans la cocotte et faites y revenir les oignons à feu doux pendant 10-15min jusqu'à ce qu'ils commencent à colorer. Ajoutez cannelle, cumin et coriandre et faites revenir 2 minutes. Ajoutez alors les abricots égouttés, recouvrez d'eau ou de bouillon.Amenez le tout à ébullition, ajoutez alors la gomme mastic pilée avec un peu de sel, sel et poivre. Faites mijoter 15 minutes, puis ajoutez les boulettes, et après 10 minutes encore, la crème d'amandes ou les amandes en poudre et le safran. Continuez la cuisson 5 minutes, et juste au moment de servir ajoutez l'eau de rose.

Servez bien chaud avec un riz persan ou avec un taboulé bien frais à l'orientale.

Bon appétit!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...