jeudi 25 mars 2010

Sablés au pamplemousse et au santal






Je garde le nom de" sablés au pamplemousse et au santal", mais en fait on goûte seulement un peu le pamplemousse et pas du tout le santal, alors que j'ai quand même mis une bonne dose de sirop de santal, fortement parfumé. Tant pis pour le santal, mais ces sablés sont quand même délicieux, leur texture est fondante, assez proche des shortbread écossais, et pour leur apporter une petite touche croustillante, je les ai enrobé d'un peu de polenta avant la cuisson. Ici pas besoin d'étaler la pâte et de faire des découpe: on roule la pâte en boudin et on coupe des rondelles, comme un saucisson: easy, non?


Ingrédients:

250g de beurre ramolli (je n'ai jamais dit que c'était une recette légère, hein!)
400g de farine
1 oeuf
100 g de sucre glace
le zeste d'un pamplemousse
2 cuill à soupe de sirop de santal
1 pincée de sel (si vous n'avez pas utilisé de beurre demi sel)
3 cuill à soupe de polenta


Préparation:

Mélangez le beurre ramolli avec le sucre et l'oeuf, puis ajoutez la farine, le sirop et le zeste de pamplemousse et mélangez bien à la main, pour former une jolie boule de pâte homogène. Roulez en un long rondin (ou deux plus courts) de 4-5cm de diamètre, enveloppez de film alimentaire et laissez reposer au frigo pendant au moins une heure.
Sortez la pâte du frigo et coupez au couteau des rondelles d'environ 1cm d'épaisseur. Mettez la polenta dans une assiette et passez chaque rondelle dans la polenta, d'un seul côté. Posez sur votre plaque de cuisson (côté polenta au dessus), espacés de 3-4cm et faites cuire une dizaine de minute th6, les sablés doivent à peine commencer à colorer.
Laissez refroidir sur une grille, et stockez jusqu'à une semaine dans une boîte hermétique.


Bon appétit!

mardi 23 mars 2010

Pickles de chou-fleur aux dates et aux amandes






Depuis que j'ai goûté le pickles de carottes préparé par Apolina, je suis accroc... Quand j'ai eu fini le petit pot qu'elle m'avait offert, j'en ai immédiatement préparé moi-même, et j'ai alors réalisé à quel point c'était facile: peu d'efforts pour un résultat délicieux: je suis conquis. Et puis j'ai découvert qu'elle avait un bouquin avec 1000(!!) recettes de pickles (Usha's pickle digest, introuvable chez nous malheureusement), j'ai alors choisi une recette un peu au hasard, et c'est tombé sur ces pickles de chou-fleur aux amandes et aux dates. Comme pour le pickles de carottes: 1h de préparation et on a un stock de pickles bien relevés tout prêt pour plusieurs semaines: pratique, non?


Ingrédients:

1 chou-fleur
6 belles dates
1 poignée d'amandes effilées
1 bâton de canelle
6 clous de girofle
2 cuill à soupe de piment en poudre
2 cuill à soupe d'huile (de moutarde si vous avez)
1 cuill à soupe de graines de moutarde
1 cuill à soupe de pâte de gingembre
1 cuill à soupe de curcuma en poudre
1 cuill à soupe de sel
4 citrons
2 citrons verts


Préparation:

La veille détaillez le chou-fleur en petits bouquets, mélangez avec 1 cuill à soupe de sel et laissez reposer la nuit.
Le jour-même, rincez le chou-fleur à l'eau bouillante, égouttez bien, séchez au maximum avec un torchon, puis passez au four très doux, porte entrouverte pour enlevez ce qui reste d'humidité.
Pendant ce temps, faites chauffer à feu moyen-doux l'huile avec les graines de moutarde, la pâte de gingembre, la cannelle et les clous de girofle. Faites bien frire pour que la pâte de gingembre perde son humidité. Ajoutez alors les dates coupées en morceau, faites les frire 2-3 minutes jusqu'à ce qu'elles rougissent, ajoutez ensuite les amandes, la poudre de piment, le curcuma, le sel, mélangez bien et retirez du feu. Quand le mélange est un peu refroidi, ajoutez le jus des 6 citrons et mélangez bien.
Ajoutez le chou-fleur, mélangez et transférer dans un bocal (préalablement stérilisé à l'eau bouillante et séché) en tassant bien. Si besoin ajoutez du jus de citron et finissez en couvrant d'une fine couche d'huile.
Attendez quelques jours que les saveurs se combinent puis consommez en apéro, en accompagnement de cuisine indienne, ou par gourmandise, sur une tartine! ;-)


Bon appétit!




vendredi 19 mars 2010

Soupe indienne aux épinards et aux boulettes de viande



Une variation sur une soupe indienne que je prépare assez souvent. La version simple compte juste des épinards dans un bouillon aromatique et doré, mais ce soir-là, j'avais envie de quelque chose d'un peu plus consistant, donc j'y ai simplement ajouté des boulettes (solution de faignant, j'ai acheté pour la première fois des boulettes déjà roulées 'pour la soupe' à la supérette du coin).


Ingrédients:

1 cuill à soupe de ghee ou d'huile
1 cuill à café de graines de moutarde
1 piment vert émincé
4cm de gingembre frais émincé
1/8 cuill à café d'asa foetida
1/2 cuill à café de curcuma en poudre
1 cuill à café de coriandre en poudre
Des épinards frais bien lavés, taillés en fines lanières
quelques boulettes de viande (de la taille d'une noisette)
1 cuill à soupe de jus de citron


Préparation:

Faites chauffez le ghee dans une grande casserole et ajoutez-y les graines de moutarde, le gingembre et le piment. Faites revenir à feu moyen jusqu'à ce que les graines de moutarde commencent à éclater. Ajoutez alors l'asa foetida, puis les boulettes, la coriandre et le curcuma. Faites dorer les boulettes quelques minutes, puis ajoutez de l'eau ou du bouillon (entre 1 à 2 litres). Amenez à ébullition, salez, faites mijoter quelques minutes.
Juste avant de passer à table, ajoutez les épinards. Pour les taillez en chiffonnade, superposez plusieurs feuilles d'épinards , roulez grossièrement ce paquet et coupez en travers pour obtenir des lanières de 3-4mm de large.
Faites cuire 3-4 minutes seulement quand les épinards sont ajoutés. Ajoutez 1 cuill à soupe de jus de citron, goûtez, rectifiez l'assaisonnement et servez bien chaud.


Bon appétit!

mardi 16 mars 2010

Thé à l'huile: "Youcha" des Montagnes Miao






Il y a quelque temps, nous sommes allés visiter la très intéressante expo sur l'art du thé en Chine au musée de Mariemont dans le cadre d'Europalia China. L'expo retrace de façon très didactique l'évolution de la façon dont le thé est préparé et consommé en Chine, avec des théières couvrant toutes les époques. Pour moi qui suis grand amateur de thé, ce fut un vrai bonheur de découvrir ces trésors.

L'expo présente également des vidéos sur la fabrication artisanale qui subsiste pour certains thés d'exception: un thé vert façonné à la main, un pu-Er, mais ce qui m'a surtout marqué c'est la vidéo de la préparation du thé à l'huile par une minorité des montagnes chinoises. Après quelques recherches, il s'avère que ce thé à l'huile, le Youcha est un plat qu'on retrouve chez plusieurs minorités des montagnes Miao, dont les Dong et les Miao. C'est la soupe de l'hospitalité, qu'on sert aux invités, elle peut être salée ou sucrée, servie le soir ou au petit déjeuner. Les variantes sont nombreuses, mais la base est toujours un liquide préparé en faisant frire puis bouillir des feuilles de thé, auquel on ajoute du riz gluant soit soufflé, soit sous forme de boulettes de farine de riz gluant. On y ajoute ensuite différentes garnitures: graines de soja soufflées, châtaignes d'eau, oignons jeunes, cacahouètes...




Comme j'ai un plant de thé (Camelia Sinensis) au jardin, j'ai décidé de préparé le youcha avec des vraies feuilles de thé (pas les jeunes pousses, mais des feuilles plus âgées). Je suppose qu'il devrait être possible de le préparer avec un bon thé vert en vrac, après avoir par exemple réhydraté un peu les feuilles, mais je n'ai pas testé. Pour la garniture, comme je n'avais pas de riz soufflé, j'ai utilisé du sarrasin soufflé et des boulettes de farine de riz gluant (voir la recette).


Ingrédients:

Quelques feuilles de thé du jardin (Camelia Sinensis)
1 cuill à soupe d'huile
du riz soufflé
des boulettes de farine de riz gluant déjà cuites (voir recette)
un peu de sucre


Préparation:

Faites chauffer l'huile et y faire revenir les feuilles de thé à feu moyen jusqu'à ce qu'elles brunissent et commencent à devenir aromatiques (l'odeur rappelle un peu le thé japonais torréfié, le Hojicha). Quand les feuilles sont presque noires, ajouter 750ml d'eau chaude (attention aux projections d'huile chaude!). Faire bouillir l'eau avec les feuilles pendant 5 minutes, retirer les feuilles et versez le liquide chaud dans un bol préalablement garni de riz soufflé, de boulettes de farine de riz gluant et de cacahouètes (facultatif). Sucrez selon votre goût, et dégustez bien chaud.

Bon appétit!

jeudi 11 mars 2010

Spaghetti aux aubergines, ail et piment



Comme beaucoup de gens, quand on a une faim solide et qu'on n'a pas énormément de temps, une bonne assiette de pâtes est toujours une perspective alléchante. Un grand classique que je prépare souvent, c'est des spaghetti avec juste de l'huile d'olive, de l'ail et des piments rouges séchés. Ces spaghetti brûlent les lèvres et sont un vrai régal. Cette fois j'ai eu envie de quelque chose d'un peu moins piquant et d'un peu plus crémeux en bouche, et j'ai donc décidé d'y ajouter des aubergines grillées et également des tomates séchées, puisque je venais d'en acheter dans une épicerie italiennes (des vraiment sèches, non conservées dans l'huile). Le résultat, s'il n'est sans doute pas authentiquement italien était délicieux: les aubergines apportent une touche crémeuse et une saveur légèrement fumée inimitable.


Ingrédients: (pour 2 personnes)

3 petites aubergines ou 2 moyennes
2 cuill à soupe d'huile d'olive
2 gousses d'ail
1 piment rouge séché
quelques tomates séchées, coupées en fines lanières
300g de spaghetti


Préparation:

Piquez les aubergines en plusieurs endroits avec un cure-dent (pour éviter qu'elles n'éclatent) puis passez les sous le grill en les tournants à 2 ou 3 reprises jusqu'à ce que leur peau craquèle et brûle (10-15 minutes). Quand elles sont un peu refroidies, fendez la peau carbonisée au couteau et récupérez la pulpe au délicieux goût fumé dans un bol. Égouttez un peu le jus de cette pulpe, puis hachez la grossièrement, en 'coupant' au ciseau de cuisine directement dans le bol.
Dans une sauteuse a fond épais, faites revenir quelques minutes dans l'huile l'ail et le piment émincé à feu doux-moyen. Quand l'ail est doré, ajoutez la pulpe d'aubergine grillée et les lanières de tomates séchées. Faites revenir le tout 2 minutes à feu doux, salez et couvrez en attendant que les spaghetti soient prêts (le jus des aubergines va ramollir les tomates séchées et les saveurs vont se mélanger).
Faites cuire les spaghetti dans un grand volume d'eau salée en suivant le temps de cuisson indiqué sur le paquet. Quand ils sont al dente, égouttez les rapidement, puis versez les dans la sauteuse avec la sauce, mélangez bien et répartissez dans les assiettes. Servez avec du parmesan râpé.


Bon appétit!

lundi 8 mars 2010

Paneer en sauce de poivrons et de cajou



Le paneer est aux indiens ce que le tofu est aux japonais: une importante source de protéines, surtout dans le cadre d'un régime végétarien (mais pas végétalien puisque c'est un fromage). Ce n'est pas très compliqué à préparer, il suffit juste de faire cailler du lait chaud en y ajoutant un acide (jus de citron par exemple) puis d'égoutter jusqu'à obtenir un bloc de fromage au goût assez neutre. Cette fois je ne l'ai pas préparé moi-même, je l'avoue, j'en ai acheté un bloc au supermarché indien 'Cash and Carry' de Bruxelles. Dans cette recette, comme souvent, le paneer est d'abord frit (enfin, chez moi il est plutôt grillé), puis il est juste incorporé dans une sauce crémeuse faite de poivrons rouges et de noix de cajou. La recette originale utilisait des noix de cajou entière, mais pour gagner encore un peu de temps, j'ai utilisé de la crème de noix de cajou déjà broyée (on en trouve dans les boutiques bio).


Ingrédients:

2 poivrons rouges
3 cuill à soupe de crème de noix de cajou
6 cardamomes
1/2 cuill à café de sel
1/2 cuill à café de piment en poudre
1/2 cuill à café de curcuma en poudre
1 bloc de paneer


Préparation:

Épépinez les poivrons et coupez les en morceau de 2-3 cm. Mettez les morceaux dans une casserole avec les graines de cardamomes écrasées. Couvrez à peine d'eau et faites cuire pendant une 20aine de minutes jusqu'à ce que les poivrons soient bien tendres. Ajoutez la crème de cajou, faites cuire encore 5 minutes (si vous utilisez des noix de cajou entières, faites les cuire avec les poivrons dès le début), puis mixez le tout pour obtenir une sauce onctueuse à la magnifique couleur orange vif.
Coupez le paneer en cube et faites le frire dans un peu d'huile dans une poêle antiadhésive, ou comme moi, vaporisez le d'un peu d'huile avant de le passer sous le grill, jusqu'à ce qu'il soit joliment doré.
Incorporez les cubes de paneer frit à la sauce, réchauffez pendant 3 minutes et servez, par exemple accompagné de chapatis maison.

Bon appétit!


vendredi 5 mars 2010

Cocktail 'Sweet Cashew'



Il y a peu, dans la poursuite de nos découvertes des boutiques de spécialités culinaires à Bruxelles, nous sommes allés avec Apolina, au magasin Iberico, à Anderlecht, spécialisé en produits espagnols et portugais. Parmi mes achats du jour, deux produits qui se combinent harmonieusement pour créer un cocktail doux et onctueux: de la liqueur d'amandes portugaise (finalement assez proche d'un amaretto bien connu) et, plus surprenant, du jus concentré de fruit de cajou, qu'on trouve là-bas sûrement à cause des liens entre le Portugal et le Brésil. La 'pomme' de cajou, n'est en réalité pas un fruit mais le pédoncule hypertrophié qui porte la noix de cajou. Le jus concentré à une couleur jaune pale est un peu crémeux à un goût assez discret et peu sucré. Ca ne ressemble à aucun jus auquel on est habitué.
Mon premier essai de cocktail avec ce jus de cajou n'a pas été une réussite, mais en le combinant avec la liqueur d'amande on obtient un cocktail délicieux: la liqueur complémente à merveille le jus de cajou et en réveille les saveurs.


Ingrédients:

2 dose de jus de cajou concentré
1 dose de liqueur d'amandes
2 doses de vodka
1 trait de jus de citron


Préparation:

Mélangez tous les ingrédients refroidis au shaker avec quelques glaçons, servez, dégustez.

A la votre!

mardi 2 mars 2010

Pois chiches aux épinards et aux noix de pécan


Des épinards frais au frigo, des pois chiches déja trempés au congélo, des noix de pécan sur la table de la cuisine, voilà l'inspiration pour ce plat équilibré et vite fait bien fait, qu'on a juste accompagné de pains pita... 20 minutes pour cuire les pois chiches à la cocotte-minute, juste le temps de préparer les épinards, on combine le tout et hop c'est prêt!


Ingrédients:

300g de pois chiches trempés puis cuits
4cm de racine de gingembre
1 piment verts frais
4 gousses d'ail
2 cuill à soupe de ghee (ou d'huile)
1 cuill à café de sel
1 cuill à soupe de mélange d'épice 'Kitchen King' (ou 1 cuill à café de cumin en poudre + 1 cuill à café de coriandre en poudre + 1/2 cuill à café piment en poudre)
des épinards frais bien lavés
1 grosse poignées de noix de pécan, grossièrement écrasées au pilon
jus d'1/2 citron


Préparation:

Faites revenir gingembre émincé, ail émincé, piment frais dans le ghee pendant quelques minutes, jusqu'à ce que ça sente délicieusement bon, puis ajoutez le mélange d'épices et les épinards. Faites revenir quelques minutes jusqu'à ce que épinards soient 'tombés' et combinez directement avec les pois chiches cuits, les noix de pécan écrasées, et le jus de citron.
Servez sans attendre.


Bon appétit!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...