lundi 28 février 2011

Muffins du petit dej' à la pomme et à l'huile d'olive




Bon, ça va être difficile de donner une recette précise, puisque je fais ces muffins sans rien mesurer (la preuve que la pâtisserie ne doit pas forcément être une affaire de balance de précision au gramme près). Je fais souvent des muffins ( à l'américaine) pour le petit déjeuner le weekend. A peine levé, j'allume le four, je mélange les ingrédients rapidement, dans les moules à muffins, et hop, le tour 20 minutes plus tard on déguste des muffins bien chaud avec une tasse de thé!
Cette fois j'ai ajouté une pomme râpée à la pâte et j'ai utilisé de l'huile d'olive comme matière grasse, pour donner une inspiration italienne à ces muffins.


Ingrédients (a peu près donc, puisque je n'ai rien pesé et que je n'étais pas encore totalement réveillé):

150g de farine
2 cuill à soupe de sucre
1 cuill à café de levure chimique
1 oeuf
1 pomme râpée (sans être pelée)
1/2 cuill à café de cannelle
1 1/2 cuill à soupe d'huile d'olive
1 pincée de sel
du lait pour obtenir une consistance épaisse mais pas trop (je sais, ça ne vous aide pas beaucoup).


Préparation:

Mélangez ensemble les ingrédients secs (farine, sucre, cannelle, levure, sel). Faites un trou au centre et versez y un verre de lait, l'œuf, la pomme râpée et l'huile. Mélangez à la fourchette et ajoutez du lait pour obtenir un consistance de pâte pas trop épaisse. Versez dans 6 moules à muffins (en silicone, comme ça pas besoin de les beurrer), saupoudrez de sucre cristal et enfournez à 200°C pour 20 minutes environ. Quand ils sont cuits (un cure-dent en ressort sec) laissez refroidir 5 minutes avant de démouler et déguster sans attendre...


Bon appétit!

vendredi 25 février 2011

Thit Kho Tau: porc et oeufs durs mijotés au jus de coco et caramel, et repas Caramel.

Le thème choisi par Marion pour ce nouveau repas à 4 blogueurs était 'Caramel', thème un peu dangereux car le risque d'avoir un repas trop déséquilibré vers le sucré était grand. Mais bien entendu, nous avons maîtrisé la chose sans problème: le caramel était bien présent dans tous les plats, mais des touches acides ou fraîches contrebalançaient sa douceur.



Je devais m'occuper du plat, et la première idée qui me soit venue à l'esprit c'est porc et caramel, une association qui a fait ses preuves, comme par exemple dans ces spare-ribs caramélisés.C'est une association qu'on retrouve également souvent dans les restaurants chinois ou vietnamiens. C'est dans cette direction que je me suis tourné, et plutôt qu'essayer de reproduire le sauté de porc minute en lamelle des restaurants, j'ai opté pour la version vietnamienne mijotée, normalement avec de la poitrine de porc (et donc une très grande quantité de gras), mais que j'ai réalisée avec de l'échine moins grasse, mais quand même suffisamment pour que le plat soit délicieusement fondant.

Le porc est longuement cuit dans du jus de coco (trouvé en canettes au supermarché asiatique, attention, ce n'est pas du lait de coco mais bien du jus!), de la sauce poisson (nuoc-mâm), un peu de caramel et des œufs durs. J'ai trouvé la version que j'ai utilisé (il en existe de nombreuses variantes) chez "The Ravenous Couple", et comme ils le conseillent, je l'ai accompagné de riz blanc et de "dua gia" une salade de pousses de soja, carottes râpées, oignons jeunes et échalotes, le tout mariné dans un mélange 1/4 vinaigre 3/4 eau + sucre et sel pendant une nuit au frigo.

Pour en revenir au repas, Fanny s'occupait de l'apéro. Ça tombe bien, elle suit une formation cocktail et a donc pu nous préparer un délicieux cocktail pomme-caramel au goût de tarte tatin, accompagné de noix grillées au miel et de pruneaux au bacon:



Marion s'occupait de l'entrée et nous a préparé une salade légère et fraîche de poire, roquette, manchego et noix caramélisées:



Enfin pour le dessert, Apolina nous a préparé des mini-fondants (mini mais costauds! ;-) au chocolat blanc et au caramel: un crime calorique mais un ravissement gustatif!



Mon plat était donc le Thit Kho Tau, recette mijotée qui est entre autre un classique des familles pour le Tết, le nouvel an vietnamien, célébré il y a peu. Je l'avais préparé la veille, car comme beaucoup de plats mijotés, c'est encore meilleur réchauffé.




Ingrédients (pour 6):

1.5 kg d'échine de porc, coupée en gros cubes
8 œufs
1.5l de jus de coco (trois canettes de 500ml avec morceau de coco ou sans, à défaut remplacez par un mélange 50/50 de soda sucré (sprite, 7up) et d'eau).
4 cuill à soupe de sauce poisson (nuoc-mâm)
4 gousse d'ail, écrasées puis émincées
2 échalotes émincées
2cm de gingembre émincé
2 étoiles de badiane (anis étoilé)
2 cuill à soupe de sucre
poivre noir


Préparation:

Cuisez les œufs pour avoir des œufs dur (10 minutes). Refroidissez les et enlevez leur coquille.
Dans une grande cocotte, recouvrez les morceaux de porc d'eau, amenez à ébullition et blanchissez pendant 3 minutes. Rincez le porc et la cocotte (cette étape permet ensuite d'avoir un bouillon clair sans 'écume'). Remettez le porc dans la cocotte avec les oeufs dur, ajoutez l'ail, le gingembre et les échalotes émincés, le jus de coco, la badiane et la sauce poisson. Le liquide doit recouvrir les ingrédients: si ce n'est pas le cas, complétez avec de l'eau.



Amenez à ébullition. Pendant ce temps préparez un caramel avec les deux cuill à soupe de sucre et 1/4 cuill à café d'eau. Dès que le caramel est prêt, ajoutez le à la cocotte de porc en ébullition (attention, aux projections!). Mélangez bien, baissez le feu et laissez mijoter pendant 2h minimum (3h c'est mieux), goûtez et ajuster l'équilibre sucre-sel avec de la sauce poisson ou du sucre selon votre goût.

Au moment de servir, garnissez d'oignon jeune coupé en diagonale. Accompagnez de riz blanc et de "dua gia" une salade de pousses de soja, carottes râpées, oignons jeunes et échalotes, le tout mariné dans un mélange 1/4 vinaigre blanc 3/4 eau + sucre et sel pendant une nuit au frigo.
J'ai servi ce plat avec un pinot gris d'Alsace.

(merci à Apolina pour les photos)

Bon appétit!

lundi 21 février 2011

Purée de cerfeuil tubéreux


On trouve du cerfeuil tubéreux sur les étals de marchés ces derniers temps. J'en ai trouvé à Stockel (là où j'ai aussi trouvé d'autres légumes oubliés et également des oranges amères). Issus de la même famille que le cerfeuil dont on mange les feuilles, il s'agit cependant d'une plante différente, et les feuilles du persil tubéreux sont toxiques.
Comme c'était la première fois que j'en achetais, je l'ai préparé très simplement, pour pouvoir vraiment en découvrir le goût très doux. Je l'ai combiné à des pommes de terre, pour une délicieuse purée, que j'ai agrémentée d'huile d'olive de Kabylie, un huile "du bled"  de type fruité noir dont la saveur d'olive noire se marrie à merveille avec le goût suave tirant vers la châtaigne du cerfeuil tubéreux. On l'a mangé avec du fromage halloumi grillé et de la salade, un régal!


Ingrédients:

Cerfeuil tubéreux
Pommes de terre farineuses pour purée (proportion: 1/3 cerfeuil pour 2/3 pomme de terre).

Préparation:

Pelez et taillez les légumes en morceaux (faites des morceaux plus petits pour les pommes de terre, de façon à ce qu'elles cuisent à la même vitesse que le cerfeuil). Couvrez d'eau salée, amenez à ébullition et laissez cuire 15 minutes, jusqu'à ce que les légumes soient fondants. Égouttez puis "stoempez" (écrasez) les légumes avec une noix de beurre à l'écrase-purée (ou passez au moulin si vous voulez, mais je préfère la texture à l'écrase-purée). Rectifiez l'assaisonnement et servez avec une noisette de beurre ou de l'huile d'olive type 'fruité noir'.


Bon appétit!


vendredi 18 février 2011

Curry de poulet aux piments du Cachemire




Cette recette est partie de la découverte dans une épicerie indienne de Bruxelles de piments séchés du Cachemire. Mes placards débordant déjà de piments de toutes origines, j'ai tenté de résister, mais finalement Apolina m'a proposé qu'on se partage un paquet à deux et me voici avec un nouveau stock de piments... Mais pas n'importe quels piments! Les piments du Cachemire sont des piments plutôt doux, réputés pour leur couleur vibrante et leur goût parfumé. Je les ai donc utilisé en nombre (10 piments) dans cette recette qui leur rend bien hommage, en les associant au cumin et au fenouil, à l'huile de moutarde et à la cardamome noire, elle aussi typique du nord de l'Inde. Le résultat est un curry délicieusement parfumé et juste relevé comme il faut, que j'ai servi avec une salade de carottes et de pomme et des chapatis tous chauds luisants de ghee fondu.


Ingrédients:

1 poulet coupé en 8, peau enlevée
10 piments du Cachemire (ou une cuill à café de piment en poudre et 1 cuill à café de paprika)
5 gousses d'ail
5 cm de gingembre frais
1 oignon rouge, coupé en deux puis en tranches fines
4 cuill à soupe d'huile de moutarde
1 cuill à café de graines de fenouil
1 cuill à café de graines de cumin
3 cardamomes noires
1,5 cuill à café de sel
2 cuill à soupe de crème liquide (ou de khoya, si vous avez le temps pour en préparer!)


Préparation:

Mettez les piments séchés dans un bol et couvrez d'eau bouillante. Laissez à réhydrater pendant au moins 30 minutes. Égouttez les piments, éliminez les queues, et mixez les avec l'ail, le gingembre et un peu d'eau pour obtenir une pâte d'un beau rouge vibrant. Enduisez le poulet coupé en morceaux (sans la peau) de cette pâte et laissez macérer pendant 30 minutes au moins (jusqu'à une nuit au frigo).
Dans une grande cocotte à fond épais faites chauffer deux cuill à soupe d'huile de moutarde. Faites y revenir fenouil, cumin et cardamome pendant 30 secondes, puis ajoutez les tranches fines d'oignon. Faites revenir 5 minutes jusqu'à ce que l'oignon commence à dorer. Retirer l'oignon et les épices avec une écumoire et réservez. Ajoutez les deux cuill restantes d'huile de moutarde et faites y revenir les morceaux de poulet toujours enduits de pâte de piments pendant 10 minutes environ. Retirez les morceaux de poulet et ajoutez 250 ml d'eau pour déglacer le fond de la cocotte. Amenez à ébullition, salez, puis ajoutez oignons et poulet. Faites mijoter à feu doux pendant 30 minutes environ.
Retirez alors le poulet (et garder le au chaud), montez le feu et faites réduire la sauce pendant 5 minutes, avant d'ajouter la crème liquide (ou le khoya). Mélangez bien.
Servez le poulet nappé de sauce, avec des légumes en accompagnement et du riz ou des chapatis.


Bon appétit!

mardi 15 février 2011

Concours Salon du Chocolat à Lille du 4 au 6 mars: invitations à gagner!

Le Salon du Chocolat, tout le monde a au moins vu des images un jour de celui de Paris, avec entre autres  le fameux défilé de robes en chocolat. Et bien après Paris et Marseille, ce salon se délocalise et envahit Lille Grand Palais du 4 au 6 mars prochain.


Au programme, une version lilloise du défilé de robes en chocolat, des démonstrations, et tout plein d'exposants venant de toute la France: un must pour les chocophiles belges ou du nord de la France.


Photos : © Salon du Chocolat

Le lieu où se déroule l'évènement est accessible facilement en train (gares Lille-Flandres et Lille-Europe à 5 minutes à pied), ou en voiture avec un très grand parking souterrain, donc n'hésitez pas à aller y faire un tour, d'autant que j'ai 4 places à vous offrir.

Comment gagner? Il suffit de m'envoyer un e-mail à l'adresse suivante:(concours terminé!), et me dire, tout simplement quels sont vos goûts en matière de chocolat (par exemple moi j'adore les chocolats assez sucrés: au lait surtout, blanc aussi, mais par contre les chocolats noirs me laissent un peu de marbre), avec votre nom et adresse, avant ce dimanche 20 février.

Tirage au sort effectué ce lundi, et les gagnants sont Laurence M., Arezki B., Brigitte D. et Corinne M.
Félicitations à eux et merci à tous les autres participants!

Bonne chance!

Curry de pois chiches noirs sucré-épicé aux dattes


Un curry de pois chiches à la fois sucré, par la présence de dattes dans la pâte de curry et pimenté, par les piments frais et séchés. Le résultat est délicieusement réconfortant, surtout quand il fait froid dehors. Servi simplement avec du riz blanc ou des chapatis, ce curry fera un plat complet très équilibré (les pois chiches sont une très bonne source de protéines). J'ai utilisé des pois chiches noirs secs que j'avais en stock, mais des pois chiches ordinaires (plus gros) feront aussi très bien l'affaire. S'ils sont secs, les faire tremper la nuit dans de l'eau chaude puis cuire 1h à la cocotte minute dans un grand volume d'eau avec une cuill à soupe de bicarbonate. Si vous utilisez des pois chiches en boîte il suffit de les rincer.


Ingrédients:

1 grand bol de pois chiches noirs cuits (trempés 1 nuit puis cuits 1h sous pression)
3 oignons de taille moyenne
3 piments verts frais
dix belles dattes dénoyautées
un morceau de gingembre de 3 cm
4 gousses d'ail
1 cuill à soupe d'huile végétale
1 petite boîte de concentré de tomate
1 cuill à café de sel
piment rouge en poudre (selon votre goût)
1 cuill à soupe de crème liquide
1 cuill à soupe de garam masala


Préparation:

Faites tremper les dattes quelques minutes dans de l'eau bouillante pour les ramollir. Égouttez et gardez l'eau. Mixez ensemble les dattes, les oignons, l'ail, les piments et le gingembre pour obtenir une pâte à l'odeur piquante.
Dans une cocotte ou une sauteuse à fond épais, faites chauffer l'huile et faites-y revenir la pâte de curry aux dattes pendant 7-8 minutes. Ajoutez le concentré de tomate, le sel et le piment en poudre selon votre goût (1 cuill à café pour moi), faites revenir 3 minutes puis ajoutez l'eau de trempage des dattes. Complétez avec de l'eau pour obtenir une consistance ni trop épaisse ni trop liquide, qui va envelopper les pois chiches. Ajoutez les pois chiches, et laissez mijoter 10 minutes pour que les saveurs se mélangent. 2 minutes avant de servir, ajoutez la crème liquide et le garam masala. Garnissez d'un peu de coriandre hachée.
Servez avec du riz blanc, des chapatis ou de la baguette bien fraîche!


Bon appétit!



vendredi 11 février 2011

Cake à la marmelade d'oranges amères, aux noix de pécans et aux épices



Après avoir préparé ma marmelade d'orange maison à gros morceaux, j'ai eu envie de l'utiliser autrement que sur mes tartines. Je me suis souvenu d'une recette de cake à la marmelade que Mark, un des participants au "Great British Bake-Off" avait préparé. J'ai retrouvé sa recette dans le livre 'The Great British Book ofBaking" , qui décidément ne me quitte pas cet hiver. Le résultat est un cake aux saveurs d'oranges amères et de pain d'épices, avec en plus des morceaux de noix pour apporter un peu de croquant: idéal pour un après-midi d'hiver avec une bonne 'cup of tea'.

Ingrédients:

225g de farine fermentante
1 cuill à café de bicarbonate
1 cuill à soupe de gingembre en poudre
1 cuill à café de mélange 5 épices chinois (ou de mélange pour pain d'épices)
175g de beurre
100g de noix grossièrement hachées (pécan + un peu d'amandes pour moi)
3 oeufs
125g de cassonade brune
160 g de marmelade d'oranges amères à gros morceaux (+ deux cuill à soupe pour le glaçage)


Préparation:

Dans un grand saladier, tamisez la farine avec le bicarbonate, le gingembre et le mélange d'épices. Ajoutez le sucre, le beurre ramolli coupé en dés et les noix. Ajoutez la marmelade et les œufs battus, mélangez à la cuillère en bois, jusqu'à ce que le mélange soit homogène. Versez dans un moule à cake de 26 cm de long (beurré et le fond chemisé) et enfournez pour 1h au four préchauffé th4.
Vérifier la cuisson en piquant avec un cure-dent: celui ci doit ressortir sec.
Laissez refroidir le moule sur une grille. Après 5 minutes, faites chauffer deux cuill à soue de marmelade avec 1 cuill à soupe d'eau et utilisez ce mélange pour glacer le cake.
Laissez refroidir complètement avant de déguster.


Bon appétit!

mardi 8 février 2011

Calamars au wok à la sauce de piments coréens et au chou chinois


Une recette directement inspirée du dernier livre de Nigella Lawson, "Kitchen". A la première lecture, j'avais l'impression qu'il y avait surtout des redites de ses derniers bouquins, mais finalement je me rends compte que j'en ai déjà fait plusieurs recettes très sympathiques et inédites, comme celle-ci, que j'ai adapté selon ce que j'avais sous la main.
J'ai trouvé le gochujang, cette fameuse pâte de piment coréenne au magasin Kam Yuen à Bruxelles, c'est un mélange de piments, d'ail, de soja fermenté et de farine de riz: délicieux, piquant mais pas trop!
J'ai fait sauté les anneaux de calamar au wok sur feu très vif, pour assurer un cuisson très rapide qui évite aux calamars de devenir caoutchouteux.


Ingrédients:

4 calamars (surgelés pour moi, 2 par personne)
1 oignon émincé
3 cm de gingembre émincé
2 cuill à soupe d'huile végétale
2 cuill à soupe de saké
1 cuill à café de vinaigre de riz (ou de vinaigre doux)
2 cuill à soupe de pâte de piments coréenne (gochujang)
1 cuill à soupe de sauce soja
1 cuill à café d'huile de sésame
1 cuill à soupe de sucre
du chou chinois (quantité selon votre goût)


Préparation:

Lavez les calamars décongelés et coupés les anneaux. Mettez les dans un bol avec le saké et le vinaigre de riz, mélangez et laissez mariner 15 minutes. Pendant ce temps, émincez oignon et gingembre et coupez le choux chinois en morceaux de 2-3 cm. Faites chauffez l'huile végétale dans le wok, et faites y revenir oignon et gingembre. Après deux minutes, ajoutez le chou chinois et faites sautez 3 minutes. Retirez les anneaux de calamars du bol, égouttez les. Ajoutez au mélange saké-riz du bol tous les ingrédients restants pour la sauce et mélangez bien.
Dans le wok, ajoutez les anneaux de calamars égouttez et faites sauter à feu vif pendant 3 minutes environ. Ajoutez alors la sauce, et continuez à sauter pendant 2-3 minutes. Vérifier que la cuisson des calamars est à votre goût et servez sans attendre les calamars avec leur sauce sur un bol de riz blanc japonais bien chaud.


Bon appétit!

vendredi 4 février 2011

Carrot cake, Fresh'Express et atelier Moulinex


  
La semaine dernière, j'ai été invité avec un petit groupe de blogueurs à un atelier Moulinex , aux Ateliers d'Yves Mattagne (à Tour & Taxis), par l'agence Cleverwood. Le but de la soirée était de communiquer sur le retour de Moulinex en tant que marque en Belgique... Et oui, pour des raisons de monopole, la commission européenne avait interdit pendant des années au groupe SEB (Tefal, Calor, Lagostina, etc) de commercialiser des produits sous la marque Moulinex dans plusieurs pays d'Europe (dont la Belgique) après le rachat de la marque. Cette interdiction est maintenant levée et Moulinex fait son grand retour.



La soirée fut bien sympathique, entre blogueurs déjà connus et nouvelles rencontres. Nous avons cuisiné, mangé et bu ensemble. Si ça vous intéresse, vous trouverez tout plein de détails chez des blogueurs bien plus rapides que moi à la rédaction: ici, , et encore ici par exemple...



Après nous être bien amusés, nous ne sommes pas partis les mains vides, puisque nous avons reçu un exemplaire du Fresh'Express, un petit appareil qui râpe et émince fruits, légumes et fromages...




La première idée qui m'est venu à l'esprit pour étrenner ce cadeau, c'est un carrot cake, car râper des carottes, c'est le genre de tâche que je n'affectionne pas particulièrement (il m'est parfois arrivé d'acheter par fainéantise des sachets de carottes déjà râpées!;-). Verdict sur l'utilisation du Fresh'Express: très pratique, pas trop de vaisselle et les carottes sont mieux râpées qu'avec ma râpe manuelle (et moins sèches que celle achetées déjà râpées).
Si vous êtes aussi tentés par ce Fresh Express, Vincenzo du blog 'Lovegusto' organise un concours pour le gagner. Vous avez jusque dimanche soir pour participer.

Le carrot cake anglais est une des premières recettes exotiques à être entrée dans mon répertoire, grâce à mon professeur d'anglais en 5ème. A 12 ans, je n'en avais jamais entendu parler et ça me paraissait vraiment bizarre, mais quand après avoir nous avoir fait étudier la recette ce professeur nous a fait déguster celui qu'il avait préparé, j'ai été conquis et depuis j'en prépare toujours avec plaisir.



Ingrédients:

225g de farine fermentante
1 cuill à café de bicarbonate (ou de levure chimique)
1/2 cuill à café de gingembre en poudre
1/2 cuill à café de cannelle
1/2 cuill à café de 5 épices chinois
1/2 cuill à café de muscade en poudre
200g de cassonade brune
100g de cerneaux de noix
1 cuill à soupe de rhum brun (ou d'alcool de votre choix, j'ai mis du Frangelico au délicieux goût de noisette cette fois)
125ml d'huile végétale
2 grosses carottes (environ 250g)
3 oeufs

Pour la garniture
200g de Philadelphia
50g de beurre
125g de sucre impalpable ( = sucre glace pour les français)
2 cuill à soupe de jus d'orange ou de clémentine



Préparation:

Tamisez dans un grand bol la farine avec la levure et les épices. Ajoutez la cassonade et les cerneaux de noix, mélangez bien. Dans un  autre récipient mélangez à la fourchette les oeufs, l'huile et l'alcool. Ajoutez ce mélange et les carottes râpées dans le grand bol. Mélangez soigneusement et versez dans un moule à manqué (beurré s'il n'est pas antiadhésif) d'environ 25cm de diamètre. Enfournez à four doux (th4) pour 45 minutes environ (vérifier la cuisson avec une cure-dent qui doit ressortir sec). Laissez refroidir sur une grille avant de démouler.

Pour la garniture, mélangez tous les ingrédients à température ambiante.
Coupez le gâteau en deux dans le sens de l'épaisseur et tartinez avec la moitié de la garniture. Utilisez le reste de la garniture sur le gâteau en lissant ou au contraire en faisant des vagues avec votre spatule. Servez en dessert ou pour le tea-time!


Bon appétit!

mardi 1 février 2011

Riz japonais au gingembre et aux morilles


Une recette à nouveau tirée de Harumi Kurihara dans votre cuisine, dont j'apprécie beaucoup la simplicité. Je l'ai préparé un soir où mon estomac n'était pas en très grande forme et ou je me sentais un peu nauséeux. Le gingembre est très efficace pour lutter contre les nausées, et un bol de riz est une bonne option en cas de problème digestif. C'est le genre de plat que Nigella Lawson rangerait dans sa catégorie 'Temple food', pas parce que c'est de la nourriture spirituelle, mais parce que c'est un plat simple et bon, qu'on peut manger en pensant 'mon corps est un temple': c'est bon à manger et ça me fait du bien.
J'ai modifié la recette en substituant des morilles séchées réhydratées aux champignons conseillés par Harumi, ça m'a évité de devoir sortir faire des courses!

Ingrédients:

350g de riz japonais
un morceau de gingembre d'environ 4cm
4-5 petites morilles séchées
1 cuill à soupe de bouillon dashi désydraté
1 cuill à soupe de mirin
1 cuill à soupe de sauce soja légère
1 cuill à soupe de saké

Préparation:

Lavez le riz à l'eau froide jusqu'à ce que liquide de rinçage soit clair. Égouttez pendant environ 15 minutes. Recouvrez les morilles d'eau très chaude dans un petit bol. Après 15 minutes, émincez finement le gingembre et les morilles égouttées. Placez le riz dans une casserole à fond épais, ajoutez y le gingembre et les morilles et mélangez. Versez de l'eau froide sur le riz, pour le recouvrir d'environ 1,5cm (j'utilise l'épaisseur de la phalange de mon index comme mesure). Ajoutez le bouillon dashi déshydraté, le mirin, la sauce soja, et le saké.

Couvrez et portez à ébullition, baissez alors le feu au minimum, et faites cuire 12 minutes. Après ce temps coupez le feu, mais ne soulevez pas le couvercle et laissez reposer 10 minutes. Mélangez bien avant de servir et salez si besoin.

Bon appétit!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...