vendredi 22 août 2014

Gâteau Bolus (au levain)




Le bolus est un classique belge un peu oublié de nos jours, généralement présenté sous la forme d'une couque (viennoiserie) roulée à la cassonade et aux raisins secs. Comme toutes les recettes anciennes, il en existe beaucoup de variante. La recette de cette version du bolus en gâteau, parfois appelée chinois, vient d'un carnet de recette de la grand-mère de mon homme.

 Précieux carnet qui appartenait auparavant à son arrière-grand-mère et dont les recettes les plus anciennes remontent à... 1918! Un petit bout d'histoire que je chéris précieusement, donc (puisqu'on m'a fait l'honneur de me le confier).





La recette de ce gâteau bolus est plus récente puisqu'elle a été écrite de la main de Louise, la grand-mère, qui va fêter cette année ces 94 ans. J'en profite pour lui dédier cette réalisation ;-)
Comme mon levain est toujours en forme ces temps-ci, j'ai simplement adapté la recette en remplaçant la levure par du levain et en augmentant les temps de pousse en conséquence.
La recette propose de garnir le fond avec de la crème vanille: vous pouvez utiliser de la crème pâtissière, mais pour rester dans l'esprit de l'époque, j'ai choisi une simple crème préparée avec 40g de maïzena,60g de sucre, 1 cuill à café d'extrait de vanille et 500ml de lait.




Ingrédients:

375g de farine
3 oeufs
100g de levain liquide rafraîchi (ou un bloc de levure fraîche dilué dans du lait)
125g de beurre fondu
1 pincée de sel

Pour garnir:
Crème vanille (voir plus haut) ou crème pâtissière
100g de fruits confits (gingembre confit pour moi)
100g de cassonade brune
100g de raisins secs
sucre glace




Préparation:

Mélangez la farine avec le beurre fondu, les oeufs battus, le levain liquide et le sel. Pétrissez à la main juste assez pour bien amalgamer, couvrez d'un film plastique et laisser lever à température ambiante pendant une nuit (si vous travaillez avec de la levure de boulanger, 2 heures devraient suffire).

Le lendemain matin, prélevez 200g de la pâte. Roulez en un rond assez fin et utilisez ce rond pour garnir le fond et les côtés d'un moule rond à charnière. Déposez sur le fond une couche de crème vanille.

Roulez le reste de la pâte en un rectangle assez fin. Saupoudrez avec la cassonade puis parsemez de raisins secs. Roulez assez serré dans la longueur et coupez en tronçons que vous posez dans le moule sur la crème vanille. Couvrez et laissez lever encore quelques heures dans un endroit tiède (30 minutes à 1h avec levure de boulanger). Quand les tronçons ont gonflé et se touchent, dorez à l'oeuf ou au lait, puis enfournez à four doux (160°C) pour 50 minutes environ ou jusqu'à ce que le bolus soit joliment doré.

Nappez encore chaud d'un peu de sucre glace dilué avec du lait pour obtenir un glaçage. Laissez refroidir. Coupez en tranches pour servir.

Bon appétit!


16 commentaires :

  1. Bravo, il est magnifique ton " chinois " comme on l'appelle chez nous,
    j'adore dénicher de vieux grimoires tout tachés, le tiens à l'air pas mal ....;-))
    par contre je suis étonnée par la temp°, dans mon four il cuit à 180° pendant 45mn ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Pour le temps de cuisson, j'ai dû improviser, car comme souvent dans les recettes anciennes, ce n'est pas précisé (je pense que c'était juste écrit 'cuire à four doux'). J'ai un antique four à gaz britannique, et j'ai mis sur thermostat 3, mais je corrige, ça correspond plutôt à 160°C je pense, merci de me le signaler.

      Supprimer
    2. Oh la, la! un four à Gaz, c'est pas de la tarte ;-)) et ça chauffe plus en général .
      bon w.e

      Supprimer
    3. Je suis habitué donc ça va, mais niveau précision, c'est loin d'être parfait (et pourtant je serai très triste s'il me lâchait).

      Supprimer
  2. J'adore des vieux carnets écrits à la main. Et, en général, celles (ou ceux) qui les transmettent ne s'y trompe pas - ça va chez ceux qui l'apprécieront à sa juste valeur. Tu as un bijou entre tes mains là :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, et j'en suis très fier! ;-)

      Supprimer
  3. Si seulement mon arrière grand-mère avait laissé un carnet de ses recettes... Je n'en ai que le délicieux souvenirs.
    J'ai pensé à toi le WE dernier en allant à la fête de la gentiane dans un petit village du Cantal. Je me suis dit que des racines de gentiane séchées et la "recette confidentielle" de la liqueur pourraient te faire plaisir ;) Je te verrais certainement à Soissons... Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhh la gentiane (et les babas ;-))! C'est sûr que la 'recette confidentielle' de la liqueur me tenterait bien. Oui, je serai à Soissons, donc on 'sy retrouvera.

      Supprimer
    2. Je t’emmènerai tout ça alors ;)

      Supprimer
    3. On fera un échange alors... Qu'est ce qui te tenterait du plat pays: sirop de Liège, chocolats Gerbaud, moule à spéculoos?

      Supprimer
  4. J'adore! Merci pour la recette, je sens que je vais la tester! C'est génial de retrouver des anciennes recettes de grand-mère! En plus, le vintage est à la mode ;)
    Merci pour ce partage!

    RépondreSupprimer
  5. Je n'avais pas vu, merci pour la citation Sylvain :-) C'est chouette ce carnet de recettes, je viens aussi d'en récupérer un, sous forme numérique, de l'arrière-grand-mère de ma tante (fin 19ème). Bises et j'espère à bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, ton article sur le levain est très clair et utile.
      Fin XIXème: ça devrait être vraiment intéressant aussi à découvrir ;-)

      Supprimer
  6. Superbe gâteau, mais c'est surtout un merveilleux trésor que tu détiens là. 1918, j'en reviens pas. Je suis envieuse ;) Merci de partager avec nous!

    RépondreSupprimer
  7. ça ressemble à la brioche suisse. j'adore ces brioches avec des fruits secs

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...