dimanche 31 janvier 2016

Crêpes bretonnes au thé matcha et à la Bénédictine




Le thé matcha (thé vert japonais réduit en poudre à la meule, à trouver en boutique de thé) se marrie très bien avec les liqueurs aux plantes comme la Bénédictine ou la Chartreuse (j'ai déjà goûté ce mélange en cocktail, c'est parfait!). C'est ce qui m'a donné envie de donner un petite touche japonaise à mes crêpes bretonnes cette année.

Le résultat est délicieux. Comme ces crêpes sont sucrées et assez riches, ne prévoyez pas trop de garnitures: je les préfère natures ou avec un tout petit peu de cassonade blonde et de jus de citron.  N'oubliez pas de préparer la pâte en avance, les crêpes n'en seront que meilleures!




Ingrédients
(pour une dizaine de crêpes):

175g de farine de blé
1 cuill à café de farine de sarrasin (facultatif, mais j'aime bien)
1 pincée de sel
80g de sucre
1 oeuf
1 cuill à soupe de beurre fondu
600ml de lait 
2 cuill à café de thé matcha
1 cuill à soupe de liqueur aux plantes (Bénédictine, Chartreuse, etc).




Préparation:

La veille ou le matin, mélangez tous les ingrédients dans un grand saladier (je donne un coup de mixeur plongeant pour éviter les grumeaux de farine et de thé matcha). Laissez reposer quelques heures ou la nuit à température ambiante.

Faites chauffer votre poêle à crêpes (en fonte ou en acier de préférence). Badigeonner la surface de la poêle avec un essuie-tout trempé dans du saindoux ou de l'huile végétale. Versez une louche de pâte, répartissez bien. Laissez cuire à feu pas trop fort: dès que les bords se décollent, retournez la poêle avec le spanell ('spatule' en breton) et laissez cuire encore un peu de l'autre côté.
Beurrez si le coeur vous en dit et servez bien chaud avec la garniture de votre choix.

Bon appétit!




vendredi 29 janvier 2016

Cocktail 'Bobby Burns'




Connaissez-vous Robert Burns? Si vous n'êtes pas écossais, c'est assez normal que ce nom ne vous dise rien. Robert Burns est un poète écossais du XVIIIème, un des pionniers du romantisme.
En Ecosse, l'anniversaire de sa naissance, le 25 janvier, est plus célébré que la Saint Andrew, la fête nationale officiel écossaise! Il est de coutume ce soir là de réunir des amis pour un dîner (un 'Burns supper') au cours duquel on sert du haggis (panse de brebis farcie), des rutabagas, du whisky, après avoir déclamé des vers du poète (notamment son 'address to Haggis' juste au moment de découper la panse de brebis).

Je n'ai jamais assisté à un 'Burns Supper', mais cette année on a célébré l'évènement à notre façon en se servant un 'Bobby Burns cocktail' dont on trouve la recette originale dans le 'Savoy Cocktail Book': même volume de whisky et de vermouth doux, avec un peu de Bénédictine. En fouillant un peu sur le net, j'ai trouvé une variante des années 40 qui remplace la Bénédictine par un liqueur vraiment écossaie, le Drambuie (à base de whisky, de miel et d'épices), avec une touche de bitter Peychaud's. Comme j'avais le tout en stock, on a testé les deux versions et notre préférence va à celle au Drambuie, que je vous livre donc ici:


Ingrédients:

30 ml de whisky (blend écossais)
30 ml de vermouth rouge doux
1 cuill à café de Drambuie (liqueur écossaise au whisky, épices et miel)
1 trait de bitter Peychaud's (bitter aux cerises de la Nouvelle-Orléans)


Préparation:

Secouez tous les ingrédients au shaker avec quelques beaux glaçons. Filtrez dans des verres refroidis et garnissez d'un zeste de citron.

Santé!


mardi 26 janvier 2016

Soupe bretonne au lait et aux oignons






Une soupe qui a parfum d'enfance pour moi, puisque ma maman la préparait souvent quand on était plus jeune, avec du bon lait de la ferme de mes grands-parents. Une soupe toute douce, parfaite quand la météo est tristoune.
C'est une recette très rapide et simple à préparer. On fait revenir des oignons dans un peu de beurre, on ajoute le lait et des morceaux de pain rassis et hop, quelques minutes plus tard on a un bon bol de soupe. Comme le lait et les oignons caramélisés ont une saveur douce, n'hésitez pas à poivrer généreusement pour équilibrer le tout.





Ingrédients (pour deux personnes):

1 ou 2 oignons de taille moyenne (selon votre goût)
1 cuill à soupe de beurre
500ml de lait entier (de ferme si possible)
2 tranches de pain (légèrement rassis)
sel, poivre, muscade






Préparation:

Dans une casserole à fond épais, faites revenir les oignons émincés dans le beurre jusqu'à ce qu'ils soient bien caramélisés (ma maman les laissait toujours jusqu'à ce quelques uns deviennent presque brûlés, ça donne un goût délicieux au lait). Ajoutez le lait et le pain coupé en cubes (sans ou avec la croûte, selon vos goûts).
Faites chauffer doucement, salez, poivrez et ajoutez un peu de muscade râpée. Servez bien chaud!

Bon appétit!



vendredi 22 janvier 2016

Hafrakex: Crackers islandais à l'avoine




De petits crackers islandais simples et peu sucrés, comme en trouve ailleurs en Scandinavie, qui peuvent aussi bien accompagner une tasse de thé ou de café que servir de support à un peu de fromage (ils font merveille avec du roquefort je trouve).
J'ai trouvé la recette dans un des derniers livres de cuisine que je me suis offert: 'The Great Scandinavian baking Book' de Beatrice Ojakangas: une petite merveille qui date déjà de 1988, mais qui n'a pas pris une ride (l'avantage des bouquins qui ne contiennent pas de photos mais de simples dessins: ils vieillissent beaucoup mieux que les autres!).

Pour en revenir à ces 'Hafrakex', ils contiennent de l'avoine, mais comme on démarre la recette en préparant une sorte de porridge, les flocons sont peu visibles dans le résultat final. On retrouve aussi dans les ingrédients deux classiques de la cuisine nordique: de la farine de seigle et des grains d'anis pour apporter un petit parfum exotique à ces biscuits.




Ingrédients:

120g de flocons d'avoine
300ml de lait
55g de beurre salé
50g de sucre
2 cuill à café de graines d'anis 
175g de farine de seigle
210g de farine de blé 
un demi sachet de levure chimique



Préparation:

Amenez le lait à ébullition et versez sur les flocons d'avoine dans un bol. Laissez refroidir une heure puis ajoutez le beurre, le sucre et les graines d'anis (légèrement écrasées au mortier).  Mélangez bien puis ajoutez la farine de seigle et enfin la farine de blé mélangée à la levure chimique. Pétrissez jusqu'à ce que la pâte soit lisse.

Séparez la pâte en deux morceaux. Étalez un morceau assez finement au rouleau et découpez des formes à l'aide d'un emporte pièce. Placez les crackers au fur et à mesure sur une plaque à pâtisserie. Enfournez pour 10 à 12 minutes à 220°C, jusqu'à ce qu'ils soient juste dorés. Laissez refroidir un peu sur la plaque avant de transférer sur une grille. Répétez avec le reste de pâte. Ces crackers se conservent facilement dans une boîte hermétique. Servez en accompagnement d'un thé ou d'un café, ou alors comme support pour un petit bout de fromage.

Bon appétit!




mardi 19 janvier 2016

Curry parsi de pommes de terre (Inde) : Khara Papeta



Les currys de pomme de terre, c'est un peu comme les currys de pois chiches, c'est une façon très agréable de sublimer ces ingrédients simples. Cette recette parsi en est un nouvel exemple: les morceaux de pommes de terre sont enrobés dans une sauce très savoureuse qui met très bien en valeur leur saveur douce et sucrée.

D'autant que j'ai utilisé des pommes de terre Pompadour (produit offert) une délicieuse variété Label Rouge venant de la proche région Picarde, à la chair ferme et aux très bonnes qualités gustatives. Si vous ne trouvez pas cette aristocrate du tubercule, choisissez quand même des pommes de terre ayant une bonne tenue à la cuisson.





Ingrédients:

1kg de pommes de terre Pompadour (Label Rouge)
2 beaux oignons
2 cuill à soupe d'huile
1 cuill à soupe de gingembre en purée
1 cuill à soupe de pâte d'ail
0,5 cuill à café de curcuma en poudre
1 cuill à café de poudre de piment rouge
2 cuill à café de cumin en poudre
2 tomates fraîches (en cette saison j'ai utilisé des tomates séchées)
2 piments verts
3 cuill à soupe d'oignons jeunes ciselés en diagonale
sel




Préparation:

Faites chauffer l'huile dans un diable en terre ou dans une cocotte en fonte. Faites y revenir les oignons coupés en tranches fines jusqu'à ce qu'ils soient bien tendres et commencent à brunir. Ajoutez alors les purées d'ail et de gingembre, le curcuma, le piment et le cumin en poudre et faites revenir pendant 2-3 minutes.

Lavez les pommes de terre et coupez les en 2-3 morceaux chacune. Ajoutez les aux oignons dans la cocotte, avec les piments verts entiers, les tomates concassées et un demi verre d'eau. Couvrez et laissez mijoter à feu doux (en ajoutant un peu d'eau en cours de cuisson si besoin), jusqu'à ce que les pommes de terre soient cuites (un couteau doit s'y enfoncer sans résistance). Ajoutez les oignons jeunes ciselés au moment de servir, accompagné de riz blanc par exemple.

Bon appétit!


samedi 2 janvier 2016

Galette des rois bretonne un peu 'Sud-Ouest' aux pruneaux, marrons glacés et Armagnac


 



Cette année, je fais voyager la galette bretonne au beurre salé de ma maman vers le sud-ouest, en souvenir du chouette séjour que j'ai fait au pays des Côtes de Gascogne et de l'Armagnac cet été.

Au programme donc, des pruneaux d'Agen (marinés à l'Armagnac, c'est encore mieux, sinon vous pouvez les mettre à tremper dans de l'Armagnac une heure avant de préparer la recette), du Vieil Armagnac, et quelques brisures de marrons pour encore plus de gourmandise.


Le résultat ne m'a encore fois pas déçu, mais bon, vous commencez à le savoir, comme à la base c'est mon gâteau préféré, je suis toujours inspiré pour lui faire voir du pays. Voici mes précédentes déclinaisons de cette délicieuse galette des rois:


Ingrédients:

250g de farine
125g de sucre
125g de beurre (demi-sel, bien sûr)
3 jaunes d'oeuf  (dont un pour dorer la pour la galette)
3 marrons glacés (ou 1 cuill à soupe de brisures de marron) hachées grossièrement
3 pruneaux (à l'armagnac, sinon trempés 1 heures), égouttés et hachés grossièrement
1 cuill à soupe de lait en poudre (facultatif)
1 cuill à soupe de vieil armagnac



Préparation:
Tamisez la farine, mélangez-la avec le sucre et le lait en poudre (si vous en avez) et faites un puit au centre. Versez-y deux des jaunes d'oeufs et le beurre coupé en morceaux, l'armagnac, les pruneaux hachés et les brisures de marrons.
Mélangez d'abord du bout des doigts en ramenant la farine vers le centre, puis malaxez plus franchement jusqu' à avoir une belle boule de pâte. Laissez reposer la pâte 1/2h. Beurrez une moule à tarte (en métal de préférence pour la galette cuise bien par dessous), posez-y la boule de pâte et écrasez avec votre poings pour l'étaler (n'oubliez pas la fève!). Continuez avec le bout des doigts et la paume de la main jusqu'à ce que la fine galette soit étalée jusqu'aux bords du moule.

Dorez avec un jaune d'oeuf battu puis faites des traits à la fourchettes pour former des losanges (très important ça, c'est la touche esthétique vintage!).
Enfournez à four chaud (th 7) pour 20 minutes (en surveillant pour éviter qu'elle ne soit trop cuite).
Laissez refroidir et servez dans le moule, c'est plus facile (sauf si votre moule à un fond amovible)!

Bon appétit!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...