lundi 18 avril 2011

A la découverte des Vins d'Alsace: Jour 2, première partie


De bonne heure de bonne humeur nous voici repartis pour le deuxième jour de notre périple en Alsace, direction le domaine Schlumberger, dont le nom et les vins ne m'étaient pas inconnus puisqu'on les retrouve facilement au Delhaize. Dès notre arrivée au Domaine, nous nous engouffrons dans un grand 4x4 pour une visite du vignoble, sur les côteaux directement au dessus du village. Rien de tel pour comprendre pourquoi certaines parcelles sont classés (par un organisme officiel) "Grands Crus": ce sont les parcelles à la meilleure exposition (généralement sud/sud-est) qui produiront les vins de meilleure qualité, comme par exemple le Kitterle pour la maison Schlumberger.


Après la visite du vignoble, mise en pratique ne dégustation, pour vérifier que deux cépages identiques plantés à quelques centaines de mètres l'un de l'autre peuvent donner des vins différents selon le "terroir" de la parcelle (exposition, sol, pente, etc...).



Direction ensuite le village de Turckheim pour un repas généreux au restaurant Stewala (= petite chambre en alsacien). Au menu: bouchées à la reine, succulentes et crémeuses servies avec des spaetzles, natures et aux épinards:


Début d'après-midi à la cave coopérative de Turckheim, qui peut compter sur ses 216 coopérateurs pour sa production (beaucoup de viticulteurs en Alsace possèdent de petites surfaces d'où l'intérêt de ce type de fonctionnement). Visite de la cave où on ne peut être qu'impressionné par les grandes cuves en inox (qui ont majoritairement remplacé les fûts de bois en Alsace où le caractère boisé n'est de toute façon pas recherché dans le vin).


L'occasion aussi de voir nos premières bouteilles de Crémant d'Alsace subissant leur seconde fermentation en bouteille:


Direction ensuite Niedermorschwihr, où officie la reine des confitures, Christine Ferber. Distribuée dans les épiceries les plus sélect du monde (chez Rob à Bruxelles), recommandée par son ami Pierre Hermé (qui utilise exclusivement ses confitures), on est étonné de découvrir une boutique intime au cœur de ce très joli village. En arrière-boutique l'atelier, où tout un petit monde s'active à la marmelade d'orange (seul fruit à travailler en cette fin d'hiver, avant l'arrivée très prochaine des fraises et de la rhubarbe).
Rencontre émouvante avec Christine Ferber, qui continue de remplir chaque pot à la main tout en discutant avec nous de sa passion pour les fruits et les confitures. Après l'avoir rencontré, on ne regarde plus ces simples pots de confiture de la même façon!


Il est hélas déjà temps de repartir, chargés de quelques confitures (dont sa fameuse framboise d'Alsace sans pépins), pour de nouvelles dégustations!

1 commentaire :

  1. Ah les bons vins d'Alsace, les excellents Gewurztraminer, rien que d'y penser, ça me donne envie d'y retourner !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...