mardi 10 janvier 2012

Romazava 'bouillon' malgache aux brèdes mafane


'Romazava' se traduit par bouillon clair en malgache, mais il s'agit dans cette version plutôt d'un ragoût. J'ai pu me lancer dans cette recette grâce à Pascale (originaire de Madagascar), du blog 'les idées vagues de Snapulk'. J'ai rencontré Pascale une première fois au salon du blog culinaire de Bruxelles, puis une deuxième fois alors qu'elle était de passage à Bruxelles avec Dorian.

Lors de notre troisième rencontre au Salon du blog culinaire de Soissons, elle m'a super gentiment offert un sac rempli de brèdes mafane (photo ci dessous), élément indispensable au romazava (voir la recette de Pascale). Cette plante a une grande particularité gustative: quand on croque dans une des fleurs (qui ressemble à un capitule de paquerette sans les pétales) on a une sensation de pétillement sur la langue, qui provoque un engourdissement des papilles: la sensation est très étrange et assez excitante je trouve. On met quelques fleurs dans le romazava, mais pas trop, histoire d'obtenir le pétillement sans s'anesthésier complètement le palais!
A Madagascar, le romazava serait préparé avec du zébu, mais faute de zébu chez mon boucher, je me suis contenté de bœuf à carbonnade, et c'était super bon, très surprenant!




Ingrédients:


400g de brèdes mafane (on en trouve parfois dans les épiceries chinoises)
800g de bœuf a bourguignon ou à carbonnades (ou du zébu si vous avez! ;-)
1 boîte de tomate pelées en cube (400ml)
2 cuill à soupe d'huile
2 oignons émincés
2 gousses d'ail
4cm de gingembre frais
20cl de bouillon de bœuf
thym, laurier





Préparation:

Nettoyez les brèdes mafane: éliminez les tiges, ne gardez que les feuilles et une petite poignée de fleur. Coupez la viande en morceaux de 2-3 cm. Faites revenir les oignons dans l'huile jusqu'à ce qu'ils soient translucides. Grattez l'ail et le gingembre (j'utilise mon petit grattoir japonais): ajoutez avec poivre et sel aux oignons, et continuez à faire revenir 3-4 minutes.
Ajoutez thym, laurier, la boîte de tomates et le bœuf et mélangez bien. Couvrez de bouillon, amenez à petits bouillons (sans atteindre l'ébullition) et laissez mijoter tranquillement pendant 2h (j'aime bien ma viande fondante). Vingt minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez les brèdes mafane nettoyées.

Servez bien chaud, avec du riz blanc et un rougail tomates par exemple.


Bon appétit (et encore un grand merci à Pascale)!

18 commentaires :

  1. Encore une surprenante découverte !! Crois tu qu'il soit possible de trouver des semences pour tester cet été au jardin ??
    Bizzz... et bonne année ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Le romazava je suis tombée dedans petite eh eh eh ma recette est à peu près la même, pour les tiges je les garde et les congèle : à infuser dans un bouillon avec un peu de gingembre, on retrouve le goût des fleurs en moins fort... je fais la même chose avec les fleurs que je congèle séparément et prépare des romazava avec d'autres verdures (fanes de radis, romaine, épinards, cresson) tout le long de l'année. Monsieur LaFrancesa est accroc à ce plat, et lui, il adore avec beaucoup de fleurs. Ma môman m'a toujours dit que mafane ça voulait dire "qui chauffe la bouche"
    Bonne année Syl
    Besoooooooooooooooos

    RépondreSupprimer
  3. Les brèdes mafane, c'est vraiment une expérience culinaire à vivre! J'adore la sensation "pétillant dans le cerveau" :-)

    RépondreSupprimer
  4. Merci à toi d'avoir testé et apprécié, on aime ou en déteste! Ici, c'est très partagé, mais je savais bien que des expériences nouvelles ne pourraient que t'intéresser, vive la curiosité!

    RépondreSupprimer
  5. J'en ai mangé une fois au restaurant et j'avoue que je n'ai pas aimé!Comme dit Pascale, on aime ou on déteste!Pourtant je suis habituée aux sensations fortes, mais là ça passe pas!

    RépondreSupprimer
  6. Le Romazava, c'est une expérience unique. J'en fais régulièrement depuis plusieurs années et j'en ai justement fait un aujourd'hui, le premier de l'année pour moi avec des brèdes fraîches. A chaque fois, c'est une excitation sans nom pendant la préparation à la simple idée de le déguster peu de temps après.
    Du coup je viens de tomber sur ce blog et je crois que j'ai ouvert la boîte de Pandore... il semble réunir tout ce que j'aime d'après ce que j'ai rapidement pu voir: l'amour de la cuisine et des recettes avec une touche plus ou moins marquée d'exotisme. J'ai donc beaucoup de lecture qui m'attend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerai en refaire ou tester d'autres préparations de brèdes mafane, mais je n'en ai pas encore trouvé à Bruxelles. En tout cas, bienvenue ici, j'espère que ce que tu y liras te plaira! ;-)

      Supprimer
  7. Mais j'y ai déjà lu des choses fort intéressantes ! Et je n'ai pas encore eu le temps de lire grand chose...
    L'approvisionnement en brèdes mafanes est ce qui pose problème. Ici, à Nantes, les épiceries asiatiques sont livrées le mercredi à partir de la fin mai jusqu'à début octobre environ. Il faut y aller avant le samedi parce que sinon tu te retrouves le bec dans l'eau: les connaisseurs ont déjà organisé la razzia.
    Pour l'hiver, quand on est en manque, il y a aussi des brèdes mafanes en conserves. Cela ne vaut pas les fraîches mais c'est très acceptable. Seulement le problème est le même que pour les fraîches, les gens sautent dessus comme la misère sur le monde quand il y en a (et moi le premier).
    Je ne me suis jamais posé la question de savoir ce qu'on pouvait faire d'autre que du roumazave avec ces brèdes. Tu as d'autres recettes ou juste envie d'improviser ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, tu es de Nantes? Je vis à Bruxelles, mais je suis né en pays nantais (Saint Etienne de Montluc ;-).
      Une blogueuse d'origine malgache a fait un dessert avec les brédes mafane il n'y a pas longtemps;
      http://lafrancesaauxfourneaux.blogspot.be/2012/06/millefeuille-la-rhubarbe-confite-la.html
      Ca me semble intéressant...

      Supprimer
  8. Arf, St Etienne de Montluc !!!?? Marrant ça, le monde est décidément petit ! C'est tout près et j'y vais souvent en plus, des amis y habitent.
    Je viens de jeter un coup d'oeil à la recette, je me demande ce que ça peut donner. En tout cas, pour avoir 30 ou 40 boutons de brèdes mafanes, il faut en acheter plusieurs kilos ! Je ne crois pas que je me lancerai, n'étant pas un amateur de desserts, mais je serais par contre curieux d'y goûter, pour l'expérience. Je vais motiver quelqu'un qui aime à la fois les brèdes mafanes et qui sait faire et aime les desserts, j'ai déjà ma petite idée.

    RépondreSupprimer
  9. chez AOKI AMITIE - 6 rue d'Algérie - 69001 LYON -tél.04.78.28.52.31 - vous trouverez des conserves de brèdes mafana. A recommander. Délicieux et pas de déchets.

    RépondreSupprimer
  10. mais ça ne ressemble à rien de romazava votre truc!

    RépondreSupprimer
  11. on appelle ça plutôt du "hen'omby sy anana"=du boeuf avec des brêdes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la précision, c'est vrai qu'ici ça ne ressemble pas trop à un bouillon, je l'avais servi plus comme un ragoût ;-)

      Supprimer

  12. bonjour je connais un endroit dans les landes ou des laosiens cultive des bredes
    mafanes c'est a biscarosse allez y
    vous ne serez pas decu culture de mai a fin septembre

    RépondreSupprimer
  13. peux tu me dire à quel endroit c'est à peu près à biscarosse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux malheureusement pas vous aider, étant en Belgique, mais espérons que la personne qui a posté le message ci-dessus vous répondra...

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...