mercredi 12 mars 2014

Voyage en Inde, découvertes culinaires: La côte du Konkan



Cette année pour les vacances, nous avons enfin réalisé un de mes rêves: partir en Inde. Le timing était serré (10 jours sur place seulement), mais malheureusement si on attend d'avoir 3 semaines libres dans nos agendas pour partir loin, on ne partira jamais, donc on s'est dit banco! et en route pour la côte du Konkan, en partant de Bombay et en descendant vers Goa.


Je vais partager ici quelques photos de ce que nous avons vu et surtout dégusté sur place, en commençant par la meilleure partie de notre séjour, dans la fabuleuse chambre d'hôte de Medha 'Atithi Parinay'. Je dis chambre d'hôte, mais en fait on dormait dans une cabane dans un arbre, au milieu du jardin de Medha, au coeur d'un village paisible, reculé dans les terres, à quelques kilomètres de la côte.


Là-haut, dans ma cabaaaaaneeeuh!

Medha, qui nous a reçu très chaleureusment

Un véritable eden où nous avons été accueilli comme des amis par Medha et sa maman, et où nous nous sommes régalés de cuisine végétarienne Marathi, presque exclusivement brahmine, c'est à dire sans ail, ni oignon.

Notre premier repas comprenant un plat à base de fruit de jacquier non mûr: un régal!

Les chapatis, grands et fins dans la région, accompagnent tous les repas.

aubergines, chou, chou-fleur, tous les légumes sont transformés
Pour le petit déjeuner, c'est poha (flocon de riz) ou ...

... upma, de toute façon, les deux sont délicieux!

Une cuisine de village, délicate, humble, pas trop pimentée, digeste, et sucrée par le jaggery (jus de palme cuit) liquide au délicieux goût de rhum brun. Chaque repas a été un vrai plaisir dans la quiétude de l'endroit et avec les explications très complètes de Medha. En se promenant dans le jardin et le village, elle nous a aussi fait découvrir les arbres, les oiseaux et les fruits de la région (pomme de cajou, jamalac, kokum...). Le Kokum (garcinia indica) joue un rôle important dans la cuisine locale puisqu'il est utilisé pour apporter de l'acidité aux plats, en remplacement ou complément du tamarin par exemple.

Rose-apple, jamalac en français je crois
Kokum par encore mûr
Fruits de jacquier

Chikoo - sapotilla

Atelier local de cajou, où les noix sont pelées manuellement

Noix jeune et Pomme de cajou


J'ai acheté un livre de cuisine (Ruchira) recommandé par Medha sur ce type de cuisine, donc je vais vous en proposer quelques recettes, c'est sûr.

Après cette halte tranquille et un passage sur la plage de Ganpatipule, direction Malvan pour goûter aux produits de la mer dans le très populaire restaurant 'Atithi Bamboo'. Rien à dire sur les thali: à s'en lécher les doigts, avec notamment un délicieux pomfret (poisson plat qu'on ne trouve que sur cette côte) frit et des crevettes vraiment croustillantes dans une pâte à frire épicée... Sur le thali, la boisson légèrement violette est à base de jus de kokum et est légèrement salée: le kokum aide à la digestion et ouvre l'appétit.

Le thali crevettes: au fond les crevettes croustillantes: à tomber!
Le pomfret en premier plan: chair très délicate et savoureusment épicé et frit.

Dans le prochain épisode: découverte de la cuisine goanaise, très différente et liée à l'héritage portugais de la région.

9 commentaires :

  1. Ouha....ça donne faim....hâte de gouter un petit plat....
    Signé: ta petite sœur qui a un appétit multiplié ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha, je peux essayer de trouver un plat que je pourrais préparer en avril ;-)

      Supprimer
  2. En fait, c'est en lisant cet article que je me suis rendue compte que je ne t'ai jamais dit - ça ne m'est jamais venu à l'idée - que mon grand père maternelle était un brahmin pur souche de Ratnagiri?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai? Comme quoi on a vraiment fait un voyage sur tes traces alors! ;-) En tout cas c'est la région qui nous a le plus charmé!

      Supprimer
  3. Je me réjouis de lire la suite de votre voyage et de découvrir les recettes. C'est marrant, la première chose que j'associe tj à la cuisine indienne c'est les épices puis les oignons et l'ail, étonnant que la cuisine végétarienne Marathi en soit exempte !! ... j'adorerais gouter tous ces beaux fruits, à quand un pique nique blogueurs en Inde ?? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les brahmines, la vie est plus que sacrée: ils ne mangent rien qui vient de sous la terre car par exemple en arrachant un oignon, ils pensent qu'on détruit des formes de vie attachées au racines. Pour la même raison ils portent un masque pour ne pas avaler d'insectes! ;-)

      Supprimer
  4. Ah très chouette billet. Je me languis d'en lire d'autres. Je rêve d'aller en Inde un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ton rêve se réalisera un jour. En fait une fois le billet d'avion payé, la vie sur place est très économique: on peut dormir décemment pour 20 euros par chambre et manger pour 5 euros par jour, donc l'Inde n'est pas forcément un luxe inaccessible... ;-)

      Supprimer
  5. un petit plaisir ton article, en terme de voyage et culinaire... Je suis amoureuse de ce pays et de ses cuisines alors forcément j'adore

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...