jeudi 14 août 2014

Hydromel aux baies de sureau (fermentation spontanée)




Faire son vin soi-même n'est vraiment pas compliqué, ce n'est rien d'autre qu'un jus sucré, des levures et du temps, beaucoup de temps. L'hydromel, qui est simplement un vin de miel, ne déroge pas à la règle: du miel, de l'eau et du temps. Bien sûr l'eau et le miel ne se transforment pas par magie en hydromel alcoolisé: ce sont des levures qui font le boulot.

Si on veut être pro on choisi des levures sélectionnées (disponibles chez certains cavistes par exemple), mais on peut aussi laisser faire la nature en choisissant un miel artisanal, non pasteurisé, qui contiendra à coup sûr des levures sauvages qui feront très bien le boulot aussi. C'est un peu plus aléatoire, mais pas tant que ça finalement, et même si comme chez moi la fermentation produit un peu trop d'acidité au départ, avec un long mûrissement ce défaut est corrigé et donne du caractère à l'hydromel (si vous voulez un résultat plus prévisible, achetez de la levure pour hydromel ou Champagne chez un caviste).

Pour obtenir une jolie couleur, j'ai ajouté du jus de baies de sureau qui est en plus riche en vitamines. J'ai choisi un rapport miel/eau de 1:5 et j'ai laissé fermenter pendant de long mois dans un endroit non chauffé. Un an plus tard, je peux enfin déguster mon hydromel, qui ne manque pas de caractère ;-)




Ingrédients:

1 litre de miel mille-fleurs non pasteurisé
4 litres d'eau
4 ombelles de baies de sureau


Préparation:

Mélangez le miel et l'eau dans un grand récipient bien propre. Remuez à l'aide d'une cuillère en métal. Laissez reposer jusqu'à dissolution quasi-complète (plusieurs heures si nécessaire), en mélangeant de temps à autre avec la cuillère bien propre. 
Pendant ce temps, égrainez les baies de sureau et faites les éclater sur le feu dans une casserole avec un peu d'eau. Pressez à travers une étamine pour obtenir un jus très coloré. Laissez tiédir.
Ajoutez le jus de baies de sureau au mélange eau-miel, mélangez bien et transférez dans votre récipient de fermentation (une dame-jeanne en verre pour moi, mais le genre de seau en plastique prévu pour ça qu'on trouve chez certains cavistes fonctionne bien également). Fermez à l'aide d'un bouchon muni d'un barboteur rempli d'eau (pour laisser les échanges gazeux se faire mais en empêchant les insectes de rentrer dans le récipient.

Laissez fermentez entre plusieurs semaines et plusieurs mois (jusqu'à ce que le barboteur ne 'barbote' quasiment plus). A l'aide d'un tuyau souple siphonnez l'hydromel dans des bouteilles propre et laissez encore mûrir plusieurs semaines.

Servez bien frais.

Santé!


8 commentaires :

  1. A consommer avec modération! Il faut que je surveille le mien, mais j'ai encore du temps :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr! Hips ;-) En attendant, tu pourras venir goûter celui-ci ;-)

      Supprimer
  2. Qu'est-ce que j'aimerais bien le goûter mais pas le courage de m'attaquer à ce travail,
    Bravo :)

    RépondreSupprimer
  3. Super ! J'avais goûter l'hydromel dans le Vercors... Je ne savais pas que l'on pouvais le faire à la maison! Bon bein y'a plus qu'à!

    RépondreSupprimer
  4. Excellent... Où as-tu trouvé ta bouteille avec le bouchon hermétique?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle de droite vient sûrement de chez Casa ou Ikéa, celle de gauche est à l'origine une bouteille de bière Bon Secours (on peut les trouver -pleines- chez Biertempel en ville par exemple). ;-)

      Supprimer
  5. Ha excellent merci beaucoup pour le tip :) (je parlais bien de celle de gauche avec l'anse, je vais courir chez Biertempel ce we ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais gaffe, du coup tu seras "obligée" de boire toute cette bière pour vider la bouteille! Je l'avais achetée il y a quelques années chez Delhaize au moment des fêtes (édition bière de Noël) mais depuis je ne l'ai retrouvé que chez Biertempel.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...