jeudi 31 mars 2016

Galettes chinoises à l'ail des ours


chine ail des ours


Une recette super simple, avec 4 ingrédients seulement, ce qui permet de ne pas masquer le goût subtil des jeunes feuilles d'ail des ours. J'ai adapté cette recette de celle des galettes aux ciboules du toujours chouette livre de Margot Zhang: 'Chine, toutes les bases de la cuisine chinoise', en remplaçant tout simplement les ciboules par de l'ail des ours qui pousse depuis quelques années librement au jardin.

Ces galettes sont légèrement feuillettées et parfaitement délicieuses. Vous pouvez les servir comme snack pour une petite faim, pour accompagner un bol de soupe, ou pour l'apéro par exemple. Elles peuvent se préparer à l'avance et se manger froides ou réchauffées.

recette simple à l'ail des ours


Ingrédients (pour 2 galettes):

125g de farine
2 pincées de sel
7 à 8 cl d'eau bouillante
une dizaine de feuilles d'ail des ours
huile végétale


pâte farine et eau bouillante


Préparation:

Préparez la pâte un peu à l'avance: mélanger la farine et le sel, puis ajoutez petit à petit l'eau bouillante en mélangeant à la fourchette ou à l'aide de deux baguettes. Quand toute l'eau est amalgamée, pétrissez quelques minutes à la main: la pâte doit être souple et ne pas coller (ajouter eau ou farine si besoin). Formez une boule et laissez la pâte reposer 15 à 30 minutes à température ambiante. Gardez ensuite la pâte au frais si vous ne voulez pas préparer les galettes tout de suite.

Hachez grossièrement les feuilles d'ail des ours après les avoir lavé et séché. Mélangez les avec un peu de sel.
Séparez la pâte en deux parties égales. Etalez en une fine galette rectangulaire de 2mm d'épaisseur. Badigeonnez d'un peu d'huile et parsermez l'ail des ours sur le dessus. Roulez sur la longueur pour obtenir un long boudin, que vous enroulez sur lui-même en escargot. Réservez 15 minutes avant d'aplatir chaque escargot et d'étaler en une galette de 4mm d'épaisseur.

Faites chauffer une poêle ou une plaque en fonte sur feu doux. Versez y un peu d'huile végétale et placez y une galette. Faites cuire 3 à 4 minutes de chaque côté à couvert. Servez chaud, tiède ou froid.

Bon appétit!

ail des ours recette

lundi 28 mars 2016

On n'a pas tous les jours 20 ans: Le Délice du Jour à Gerpinnes


restaurant gerpinnes
Le nouvel intérieur du 'Délice du jour'
 
Les jeunes chefs qui se lancent et crééent leur restaurant ne manquent pas, mais ceux qui réussissent à durer plus que quelques années sont beaucoup moins nombreux. Alors un jeune chef qui se lance à moins de 20 ans et qui 20 ans plus tard est toujours là, en ayant su évoluer tout en ne trahissant jamais sa personnalité, c'est une chose rare.

Le délice du jour gerpinnes
Amuse-bouches, dont un délicat saumon fumé minute en croute de noir sèche


oeufs de caille poudre d'algues
Oeuf de caille en poudre d'algues, moutarde


C'est la cas de Fabrizzio Chirico qui a créé en 1996 son restaurant 'Le Délice du jour' à Gerpinnes, au sud de Charleroi. 20 ans plus tard, il est toujours là, avec son épouse Sanae. Mais n'allez pas croire que le restaurant se repose sur ses lauriers: pour ses 20 ans, des rénovations ont eu lieu, donnant naissance à une belle 'table d'amis' à partager en bonne compagnie, avec vue sur le jardin calme qui contraste avec l'agitation de la nationale toute proche. C'est donc à l'occasion de cet anniversaire que j'ai été invité à découvrir la cuisine de Fabrizzio.

table en mortex
La nouvelle table d'amis a vue sur le jardin

cuisine de fabrizzio chirico
Délicieuse et simple Saint-Jacques au naturem

La nouvelle table d'amis est conçue par Michèle Parisi, en 'mortex' tout doux et très sensuel (type béton ciré), qui donne à cette pièce une atmosphère contemporaine et chaleureuse. Les autres détails de cette pièce (bocaux maisons, bibliothèque) contribuent également à la rendre accueillante. Les autres tables, plus classiques, font néanmoins écho à cette volonté de simplicité chaleureuse, que l'on retrouve également dans l'accueil de Sanae.


cuisine fabrizzio chirico
Saint-Jacques, jeunes asperges et écume de corail



Et dans les assiettes, que retrouve t'on? Des produits locaux, de saison, des cuissons justes, des techniques maîtrisées et quelques idées qui font mouche, comme cet amuse bouche 'tartare de boeuf aux huitres', ou ce fameux plat signature de la maison, le parmentier de queue de boeuf; totalement fondant et régressif. La simplicité et la mise en avant du produit sont souvent reines, comme sur cette Saint-Jacques au naturel, crue et juste accompagnée de fins pétales de betterave et d'un peu de noisettes: une réussite!


Fabrizzio chirico
Sandre, champignons crus, cuits et crème de champignon, servi avec un Graves


Une belle découverte donc, que la cuisine de Fabrizzio, qui me fait penser qu'on devrait quitter un peu plus souvent Bruxelles pour des expériences comme celles-là: un petit moment hors du temps où on s'est senti agréablement choyés et où les petits détails font la différence (les cuisses et ailes de pigeons mijotés servis généreusement sans chichi après l'assiette sophistiquée de suprêmes de pigeon, le thé de qualité, etc).

Le délice du jour gerpinnes
pigeon de la ferme de la tour, échalotte, jus non dégraissé et chou

 Quelques belles découvertes côté vins et de belles associations (Le Graves avec le sandre aux champignons, ou encore un 'Gros Manseng', côtes de Gascogne avec les desserts). Comme souvent, j'aurai aimé être surpris par association avec une bière locale, la région n'en manque pas ;-)


pain perdu meringue
Pain perdu, mangue, meringue italienne, accompagné d'un 'Gros manseng'

Le délice du jour restaurant
Le tiramisu par Fabrizzio Chirico: léger et très recommandable


Fabrizio propose pour les 20 ans de son restaurant un menu anniversaire de 4 services (sans oublier des amuse-bouches très intéressantes et des mignardises gourmandes) pour 80 euros (apéritif, sélection de vins, eaux et café compris) jusqu'au 31 mars. Mais même en y allant après cette date vous aurez pour un prix comparable un 4 services qui vous laissera un beau souvenir j'en suis sûr ;-)

Gageons que Fabrizzio et Sanae sauront continuer à faire évoluer Le Délice du Jour pendant de longues années encore, pour continuer à en faire un restaurant incontournable de la région: ce n'est pas pour rien que Fabrizzio a déisgné Grand de demain par Gault & Millau en 2015: le meilleur est à venir!

restaurant charleroi
L'importance d'un bon thé en fin de repas: ici un Mao feng parfait

Le délice du jour à Gerpinnes
Fabrizzio dans sa cuisine, calme et précis

LE DELICE DU JOUR 195, Chaussée de Philippeville 6280 Gerpinnes.
Tél. 071 21 93 43 www.le-delicedujour.be
Fabrizzio Chirico est membre du collectif Generation W,  
‘Grand de Demain’ Gault&Millau 2015
16/20 Gault&Millau 2016

jeudi 24 mars 2016

Crème persane au rhum


recette dessert tapioca

Difficile de recommencer à bloguer après la tragédie qui a touché Bruxelles, ma ville d'adoption, il y a deux jours. Plus de 10 ans que je vis dans cette ville, qu'au départ je n'aimais pas plus ça mais qui a rapidement sû prendre mon coeur. Aujourd'hui j'aurai du mal à m'imaginer vivre ailleurs et je suis d'autant plus effondré par les actes terribles qui y ont été commis.

Mais la vie continue, et l'appétit revient, même si le moral reste en berne, comme les drapeaux du pays. Aujourd'hui je vous propose donc une recette réconfortante, un souvenir d'enfance dont je me suis souvenu seulement il y a peu: la crème persane.

Une crème qui n'a je pense rien de persane, mais qui est belle et bien un souvenir d'enfance. Ma mère nous en préparait parfois quand j'étais enfant et j'adorais ça. Ensuite cette recette est un peu tombée dans l'oubli dans ma famille. Il y a peu, je suis tombé sur une recette américaine qui y ressemblait et le nom de 'crème persane' m'est revenu à l'esprit: quand j'ai demandé la recette à ma mère au téléphone: elle m'a dit que c'était simplement du tapioca cuit avec du lait et des jaunes d'oeufs, auquel on ajoute ensuite les blancs d'oeufs battus. 

Pour les proportions j'ai donc dû me débrouiller à partir de différentes versions retrouvées sur le net. Par contre pour le parfum, je n'ai pas hésité un moment: chez nous la crème persane était toujours parfumée au rhum ambré: c'est peut-être pour ça que je trouvais ça si bon, même enfant (j'étais également fan de la galette au beurre salé et au rhum au même âge!).


Ingrédients
(pour 2-3 personnes):

250ml de lait entier
1 belle pincée de sel
4 cuill à soupe de tapioca
4 cuill à soupe de sucre
2 oeufs
3 cuill à soupe de rhum




Préparation:

Mélangez tapioca et lait dans une casserole à fond épais. Portez à ébullition sur feu moyen, en remuant de temps à autre. A l'ébullition baissez le feu et ajoutez sel, rhum et jaunes d'oeufs battus. Mélangez bien et laissez mijoter 2-3 minutes en mélangeant. Retirez du feu.

Dans un grand bol, battez les blancs d'oeuf en neige. Quand ils sont fermes, ajoutez le sucre cuillère après cuillère en continuant à battre pour obtenir une meringue bien ferme. Mélangez deux cuill à soupe de cette meringue au tapioca cuit pour le détendre, puis incorporez délicatement le tapioca cuit au reste de meringue à la spatule pour ne pas casser la mousse. Transférez dans des coupes de service, laissez refroidir avant de placer au frigo pour quelques heures.

Servez frais, saupoudrez d'un peu de biscuits émiettés par exemple/

Bon appétit!


vendredi 18 mars 2016

Stoemp aux oignons caramélisés et au lait battu




Stoemp (= écrasée de pomme de terre) et bloempanch (boudin noir bruxellois): aujourd'hui je vous propose donc une assiette très bruxelloise! Je vous avais déjà donné une recette de stoemp il y a quelques mois, avec du chou vivace de Daubenton. Cette fois j'ai agrémenté mon stoemp d'oignons caramélisés au four (qui de cette façon gardent plus de texture) et de lait battu.
Le lait battu, originellement c'était le liquide obtenu en préparant le beurre (comme le lait ribot, le buttermilk, etc.) mais de nos jours, c'est généralement du lait fermenté. J'ai égoutté mon lait battu, façon 'hangop' néerlandais pour obtenir une texture crémeuse qui détend le stoemp sans lui donner trop de liquide.
Le stoemp ainsi obtenu est délicieux: gourmand sans être gras (le lait battu est faible en matières grasses), parfumé par le goût sucré des oignons caramélisés, l'acidité du lait battu et la fraîcheur du persil. Le tout accompagne très bien le généreux bloempanch bruxellois, il ne faut ensuite plus qu'une pointe de moutarde pour savourer le tout!


spécialité bruxelloise



Ingrédients:

1 litre de lait battu (lait fermenté, lait ribot)
1kg de pommes de terre
4 oignons de taille moyenne
1 petit bouquet de persil
sel, poivre



Préparation:

La veille ou l'avant-veille, préparer le hangop. Dans un grand égouttoir posé sur un récipient, mettez deux épaisseurs d'étamine à fromage (tissage très fin) et versez y le litre  de lait fermenté. Laissez égoutter 1 à 2 heures dans l'égouttoir, puis prenez les quatre coins des étamines et ficelez le tout en un baluchon que vous suspendez au dessus d'un bol ou d'un évier dans un endroit pas trop chaud pour que le liquide s'écoule lentement.
Récupérez le hangop après au moins 12h d'égouttage et réservez le au frais si besoin.

Pelez et coupez les oignons en 4 dans la hauteur. Détachez les couches successives et mettez dans un plat tapissé d'une couche de papier sulfurisé. Arrosez d'une cuill à soupe d'huile et enfournez à 180°C jusqu'à ce que les oignons soient caramélisés (30 minutes environ).




Pelez et coupez les pommes de terre en morceaux. Mettez les dans une casserole, couvrez d'eau salée, amenez à ébullition et laissez mijoter jusqu'à ce que les pommes de terre soient tendres. Égouttez les et écrasés à l'aide d'un 'stoemper' (écrase-purée) en laissant des morceaux. Détendez avec un peu lait battu égoutté, mélangez à la cuillère en bois, puis ajoutez les oignons caramélisés, le persil haché, sel, poivre et encore du lait battu égoutté selon votre goût. Mélangez rapidement et servez immédiatement, accompagné par exemple d'une bonne tranche de bloempanch (boudin noir géant typique de la cuisine bruxelloise) cuit à la poêle et d'un peu de moutarde.

Bon appétit!


mardi 15 mars 2016

Chou braisé à l'ouzo et au fenouil (Grèce)



Comme beaucoup de cuisines méditerranéennes, la cuisine grecque excelle à dévoiler le meilleur des légumes de saison. Cette recette de chou braisé en est un très bon exemple: l'addition d'ouzo, de fenouil et de jus de citron réussit à rendre 'léger' au palais un plat de chou mijoté.

C'est aussi un bon exemple d'utilisation raisonnée des produits animaux: ici la viande n'est pas le centre de plat, elle contribue simplement à parfumer et à rendre ce plat mijoté encore plus gourmand. On a dégusté ce plat un midi, avec juste des pains pita en accompagnement et c'était parfait: j'avais peur que ce soit trop anisé (je ne suis pas un grand buveur d'ouzo) mais finalement pas du tout! Si vous n'avez pas d'ouzo en stock, vous pouvez essayer avec du pastis, ça devrait passer sans problème.




Ingrédients:

1 chou blanc de taille moyenne
1 bulbe de fenouil
1 gousse d'ail
120ml d'ouzo
120ml d'huile d'olive
150g de saucisse au fenouil ou de porc haché assaisonné avec des graines de fenouil
Le jus et le zeste de 2 citrons bio
1 cuill à soupe de farine



Préparation:

Faites chauffer l'huile d'olive dans une grande cocotte à fond épais. Faites y revenir sur feu vif le chou et le fenouil coupés en morceaux (5cm de côté environ, gardez les jeunes pousses vertes de fenouil de côté) avec l'ail émincé. Faites sauter pendant une dizaine de minutes, pour que les morceaux de légumes réduisent de volume et commencent à colorer.

Ajoutez alors sel, poivre et ouzo: couvrez, baisser le feu et laissez mijoter jusqu'à ce que chou soit bien tendre (45 minutes environ).
Dans une autre poele, faites sauter les morceaux de saucisse (sans le boyau) ou le porc haché en morceaux grossier jusqu'à ce qu'ils soient bien colorés. Quand le chou est cuit, ajoutez les morceaux de saucisse et faites mijoter 5 minutes.
Mélangez le jus et les zestes finement hachés des citrons avec la cuill à soupe de farine. Ajoutez le tout à la cocotte, mélangez et faites encore mijoter 5 minutes. Rectifiez l'assaisonnement avant de servir, garni de peluches de fenouil.

Bon appétit!




vendredi 11 mars 2016

Fanouropita: gâteau grec à l'huile d'olive




J'adore les brocantes de quartier, et j'ai de la chance car dans ma commune, Schaerbeek, il y en a beaucoup. Lors d'une des dernières brocantes où je suis allé, j'ai trouvé pour un euro un joli plat de présentation fait et décoré à la main en Grèce. Le genre d'objet que j'affectionne, dont on sent réellement qu'il n'a pas été produit à la chaîne par une machine.

Deux assiettes trouvées en brocante: jolies, non? ;-)


En rentrant de cette brocante, j'ai tout de suite voulu utiliser ce plat pour présenter un gâteau grec, et j'ai jeté mon dévolu sur cette simplissime Fanouropita, le gâteau des choses perdues. Un gâteau de Carême (sans produits animal: ni beurre, ni oeuf, ni lait) qu'on prépare pour remercier Saint Phanourios quand on a retrouvé une chose perdue. Une recette très flexible, dont il existe de nombreuses variantes (on peut aussi le parfumer au citron, à la mastiha, etc.) et qui donne un résultat  épatant: parfait pour accompagner thé ou café, ou comme gâteau de petit déjeuner (oui, j'adore manger du gâteau au petit dej', pas vous? ;-)).




Ingrédients:

400g de farine
2 cuill à café de levure chimique
150ml d'huile d'olive
140g de sucre
2 cuill à soupe de mélasse de raisin (petimezi, facultatif)
150ml d'eau
70ml de jus d'orange (de pamplemousse pour moi)
Le zeste d'une orange (d'un demi pamplemousse pour moi)
2 cuill à café de cannelle en poudre
4 clous de girofle réduits en poudre
1 pincée de muscade en poudre
1 poignée de raisins secs blonds trempés dans 2 cuill à soupe de brandy
1 poignée de noix (de cajou pour moi) grossièrement hachées




Préparation:

Fouettez l'huile d'olive avec le sucre puis ajoutez la farine mélangée à la levure chimique et aux épices et tous les autres ingrédients et mélangez bien. Versez dans un moule à manqué (de 25cm de diamètre) huilé. Egalisez la surface et enfournez pour 35 à 45 minutes à 175°C, jusqu'à un pic inséré dans le gâteau en ressorte sec. Laissez refroidir 5 minutes sur une grille avant de démouler. Servez saupoudré de sucre glace.

Bon appétit!



mercredi 9 mars 2016

Poisson bouilli au piment et poivre du Sichuan (Shui Zhu Yu)



Une recette qui vaut beaucoup plus que son titre, dont la traduction littérale est 'poisson cuit à l'eau'. Ce que le titre original chinois oublie de dire c'est la très grande quantité d'huile, de piments et de poivre du Sichuan utilisés! Le résultat est tout bonnement fabuleux pour les amateurs de saveurs fortes: une quintessence de la cuisine du Sichuan, absolument irrésistible.

Le poisson blanc (du skrei pour moi) est coupé en morceaux, enrobé de fécule et bouilli très rapidement, servi sur un lit de légumes sautés (du chou rave par exemple) et arrosé d'une quantité très généreuse d'huile épicée bouillante. Ne soyez pas effrayés par la quantité d'huile: la majorité n'est pas consommée, mais sert simplement à transmettre la saveur des piments séchés et du poivre de Sichuan au plat.




Ingrédients (pour 2 personnes):

400g de filet poisson blanc
2 cuill à café de vin de cuisine Shaoxing
1 morceau de gingembre
1 oignon jeune
3 cuill à soupe de fécule de pomme de terre

Pour la garniture:
2 choux raves pelés et taillés en allumettes
5 oignons jeunes émincés
2 gousses d'ail émincées
1 morceau de gingembre de 2cm émincé
3 cuill à soupe d'huile végétale
6 piments secs coupés en deux et égrainés
1 cuill à soupe de pâte de haricots fermentés au piment
0,5 cuill à café de poivre du Sichuan

Pour l'huile aromatique:
150ml d'huile végétale
12 piments secs coupés en deux et égrainés
1,5 cuill à soupe de pâte de haricots fermentés au piment
2 cuill à café de poivre du Sichuan





Préparation:

Coupez le filet de poisson en tranches fines d'un cm d'épaisseur environ. Faites mariner les morceaux de poisson avec la vin de cuisson, l'oignon jeune et le gingembre écrasé grossièrement. Dans un petit bol, mélangez la fécule avec 2 cuill à soupe d'eau.

Préparez la garniture: faites chauffer les 3 cuill à soupe d'huile dans un wok. Ajoutez la pâte de haricots fermentés: faites revenir à feu moyen jusqu'à ce que l'huile devienne orange, puis ajoutez les piments et le poivre du Sichuan, suivis de l'ail, du gingembre, des oignons jeunes et enfin des allumettes de chou rave. Faites sautez pendant 2-3 minutes jusqu'à ce que le chou rave ait un peu perdu de son croquant. Transférez sur le plat de service (cette étape peut se préparer en avance).

Quand vous êtes prêts à passer à table, faites chauffer une grande quantité d'eau dans une casserole. Ajoutez la fécule au poisson (après avoir retiré oignon jeune et gingembre) mélangez bien et versez le tout dans l'eau bouillante. Attendez la reprise de l'ébullition pour remuer les morceaux de poisson et retirez les directement avec une écumoire. Posez les morceaux de poisson dans le plat de service sur la garniture.

Sans perdre de temps, faites chauffer le wok à sec: ajoutez les 150ml d'huile, puis quand elle est chaude, la pâte de haricots fermentés au piment et enfin les piments et le poivre de Sichuan. Faites sauter le tout à feu moyen jusqu'à ce que les piments soient croustillants mais sans les laisser brûler. Versez directement l'huile bouillante sur le poisson et la garniture.

Amenez le plat au centre de la table. Chaque convive remplit un bol de riz blanc et se sert de morceaux de poisson et de garniture, en laissant l'huile parfumée au fond du plat.

Bon appétit!

vendredi 4 mars 2016

Le far noir de Monique


Une recette bretonne au blé noir qui me rappelle la bouillie de blé noir que me préparait ma grand-mère et qui est le prétexte à vous parler d'un beau projet: 'Histoires de charrues et d'assiettes' (j'adore ce nom). Il s'agit d'une association, doublée d'un site internet, le tout créé par deux ingénieures agronomes (comme moi, donc déjà, bon, ça partait bien, quoi!) dans le but de proposer des portraits d'hommes et de femmes qui contribuent à construire le patrimoine culinaire de leur région.

Des portraits donc, des recettes aussi, des anecdotes, des histoires pour expliquer les liens entre éleveurs, agriculteurs, artisans et simples cuisiniers comme vous et moi. Je vous laisse découvrir le tout par vous-même, mais j'avoue que les quelques portraits déjà présentés m'ont vraiment conquis. Au programme les régions suivantes: Berry, Picardie et Cornouaille Bretonne, avec un livre en ligne de mire au final.


Pour boucler le projet, Agathe et Marie lancent une campagne de financement participatif chez Ulule qui est déjà en très bonne voie d'être un succès (pour les français, c'est en partie déductible des impôts, malheureusement pour nous en Belgique, ce n'est pas le cas).

Pour en revenir à la recette du jou:, le Far noir est la recette liée au premier portrait du site, celui de Monique, la grand-mère de Marie, bretonne de coeur exilée en région parisienne. Ma grand-mère ne m'a jamais préparé de far noir quand j'étais enfant, mais je garde un souvenir ému de sa bouillie de blé noir dans laquelle je faisais fondre un bon morceau de beurre salé avec une belle cuillère de confiture de fraise par exemple.
J'ai modifié un peu la recette de Monique (sacrilège! ;-)) en ajoutant un peu plus de sucre et une cuill à soupe de lambig (eau de vie de cidre bretonne).






Ingrédients:

75cl de lait
0,5 cuill à café de sel
125g de farine de blé noir (complète si vous trouvez)
1 oeuf
1 cuill à soupe de lambig (eau de vie de cidre)
3 cuill à soupe de cassonade brune
200g de pruneaux dénoyautés
100g de beurre




Préparation:

Je vous laisse suivre les instructions de Monique ici: elles sont très claires! J'ai servi le far noir tiède (pour profiter du bon goût du beurre salé) avec ma marmelade de citron: on s'est régalé!

Bon appétit!

 
Avec un peu de marmelade, c'est trop bon!


mardi 1 mars 2016

Curry et riz comme au Japon (Kare Raisu)



Le curry mijoté façon japonaise n'a pas grand chose à voir avec les plats en sauce qu'on associe au mot curry en Inde. Les ingrédients sont assez similaires, mais le mode de préparation différe, la plus grande différence étant que la sauce qui enrobe viande et légumes est au Japon liée à la farine, pour obtenir une texture crémeuse.

C'est un de plats préférés des japonais, et je dois avouer que je comprend pourquoi: l'alliance des épices, de la sauce crémeuse, des légumes et du porc (on peut s'en passer si on veut un curry végé) est très agréable et accompagne très parfaitement un bol de riz japonais.
Pour cette version, j'ai mis une belle quantité de farine pour obtenir une texture de sauce assez épaisse, mais vous pouvez réduire la quantité selon votre goût. J'ai utilisé un masala indien ('kitchen king'), mais vous pouvez choisir le mélange d'épices à curry de votre choix, piquant ou non.



Ingrédients:

5 grosses carottes
4 pommes de terre de taille moyenne
200g de lardons
3 oignons de taille moyenne
un morceau de gingembre de 2cm de long
2 cuill à soupe d'huile végétale
1cuill à soupe d'huile de sésame
1 cuill à soupe de sauce soja 
garam masala pour servir

Pour la sauce:
6 cuill à soupe d'huile végétale
7 cuill à soupe de farine
2 cuill à soupe de mélange d'épices pour curry ('Kitchen King' masala pour moi)


Préparation:


Pelez les oignons, coupez les en deux, puis émincez les en demi-lunes fines. Faites chauffer deux cuill à soupe d'huile dans une cocotte à fond épais et faites y revenir les oignons émincés. Saupoudrez de deux pincées de sel, et faites revenir en remuant de temps à autre jusqu'à ce que les oignons soient caramélisés.

Pendant ce temps, pelez carottes et pommes de terre et coupez les en morceaux de 3cm pour les carottes, 4cm pour les pommes de terre. Quand les oignons sont bien caramélisés ajoutez le gingembre émincé très finement puis l'huile de sésame, mélangez et ajoutez enfin les morceaux de légumes et mouillez à hauteur avec du bouillon ou de l'eau chaude.
Amenez à ébullition puis baissez le feu et laissez mijoter à découvert.



Pendant que les légumes mijotent, préparez la sauce curry: dans une casserole à fond épais, faites chauffer l'huile et ajoutez-y la farine. Faites revenir pendant 3-4 minutes environ, puis ajoutez le mélange d'épices à curry et continuez à faire revenir pendant encore une minute. Ajoutez alors, en plusieurs fois et en mélangeant bien à chaque fois, 50cl d'eau de cuisson des légumes, pour obtenir une crème épaisse.

Quand les légumes ont eu 20 minutes de cuisson, ajoutez la crème de curry dans la cocotte, et poursuivez la cuisson à feu doux jusqu'à ce que les légumes soient tendres. 
Faites revenir les lardons dans une poele jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés et ajoutez les avec la sauce soja dans la cocotte, après avoir déglacé la poele avec un peu d'eau.

Mélangez bien, saupoudrez de garam masala et servez bien chaud avec du riz japonais.

Bon appétit!


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...