mardi 3 septembre 2019

Pierogi aux mûres



raviolis polonais fruits rouges



Mon homme musicien-voyageur est revenu il y a peu de Varsovie avec des pierogi frais dans sa valise. Il y en avait deux sortes: les classiques aux pommes de terre et au fromage et d'autres aux myrtilles, tout simplement délicieux. 
Difficile de trouver de vraies myrtilles sauvages à Bruxelles, mais par contre je me suis dit que ce serait une bonne façon d'utiliser la récolte de mûres du jardin. 

Ces pierogis sont sucrés, mais pas trop, nous les avons donc mangé pour un petit lunch du samedi assez léger. J'ai étalé la pâte un peu plus finement qu'en Pologne, mais ils ont quand même bien tenu la cuisson. J'ai gardé les chûtes de pâte que nous avons mangé de la même façon que les pierogis: arrosés de crème et de jus sucré de mûres: hmmmmm!


pierogi ou vareniki aux mures



Ingrédients:

100g de mûres
1 cuill à soupe de sucre en poudre
1 cuill à café de fécule de pomme de terre (ou de maïs)

120g de farine
1 jaune d'oeuf
0,5 cuill à soupe d'huile
eau chaude

crème épaisse pour garnir


pierogis fruits rouges mures


Préparation:

Mélangez les mûres avec le sucre, écrasez légèrement à la fourchette. Laissez reposer 30 minutes au moins pour que les mûres rendent un peu de jus.
Préparez la pâte: mélangez la farine avec le jaune d'oeuf, l'huile, et juste assez d'eau chaude pour obtenir une pâte lisse et homogène que vous rassemblez en boule. Couvrez et laissez reposer 30 minutes. 
Etalez la pâte au rouleau sur un plan de travail légèrement fariné(ou comme moi à la machine à pâte, en vous arrêtant au moins 2 crans au dessus de l'épaisseur la plus fine).
Découpez des ronds de 8cm environ de diamètre à l'emporte-pièce (un bol pour moi).
Egouttez les mûres et gardez le jus de côté. Mélangez les avec la fécule.

Placez quelques mûres au centre de chaque rond de pâte. Repliez en demi-lune, scellez d'abbord avec les doigts (en essayant de ne pas garder trop d'air dans la raviole) puis avec les dents d'une fourchette. Placez les pierogi prêts sur un plateau et laissez reposer 15 minutes environ.

Plongez les pierogi dans une casserole d'eau bouillante salée. Ils cuisent rapidement et remontent à la surface dès que c'est le cas. Egouttez et servez chaud, accompagnés de crème épaisse et du jus de mûres réservé.

Bon appétit!


pates aux fruits rouges

10 commentaires :

  1. L'Ardèche, c'est entre autres, le pays de la myrtille sauvage, j'en garde toujours un peu au congélateur, je crois que j'aimerais bien ta recette avec des baies de cassis dont j'adore la saveur et la belle acidité , j'en ferai à mon homme dont la maman était d'origine polonaise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La myrtille sauvage, ça reste pour nous un plaisir fugace de vacances (on en a trouvé quelques une en Sarre en Allemagne cet été).
      Avec le cassis ça devrait être sympa aussi, effectivement. Il faudrait que j'essaie l'an prochain avec mes casseilles!

      Supprimer
  2. je salive déjà! avec des grosses myrtilles du commerce j'ai fais cet été des petites crêpes à la farine complète de sorgho bio que concocte un agriculteur auvergnat de ma connaissance, et le suc des fruits a sucré délicieusement la pâte. Mais arrosées de crème, on atteignait la grande classe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressant! Je crois que je n'ai jamais cuisiné avec de la farine de sorgho, il faudrait que j'essaie!

      Supprimer
  3. C'est appétissant!
    Comme mon ami est d'origine ashkénaze (russo-polonaise), nous cuisinons parfois des pirojki, qui ressemblent beaucoup aux pierogi que tu décris, sauf que la pâte en est briochée. J'ai essayé de me renseigner sur la différence mais sans grand succès. Je me demande si ce n'est pas qu'une question de graphie... Est-ce que tu en sais davantage?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont bien des choses différentes, avec peut-être des origines communes, c'est vrai, puisque les mots sont si proches! Les pirojki sont à pâte levée tandis que les pierogi sont vraiment de simples ravioles. On peut mettre un pirojki dans un sac pour emporter et manger en rue, alors qu'avec les pierogi c'est impossible. En Ukraine (et je pense en Russie aussi), on connait plutôt les pierogi sous le nom de vareniki. Bref, rien n'est simple, mais l'important c'est que ce soit bon! ;-)

      Supprimer
  4. Merci des précisions. Après un complément d'enquête, il semble que ce qui s'apparente le plus au pierogi s'appelle en yiddish kreplach, et se consomme surtout salé, dans un bouillon de poule. Jamais goûté... Mais nous testerons ta recette ce week-end, avec les myrtilles du marché, faute de mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de regarder dans ma référence en la matière, Claudia Roden (The Book of Jewish Food): elle y parle effectivement de kreplach à la viande, et au fromage,mais aussi de varenikes (варéники de Russie) aux fruits (abricots, prunes ou cerises) assez similaires à ces pierogis. Bonne fin de semaine!

      Supprimer
  5. Eh bien, c'est effectivement très bon!
    Merci pour la référence du livre, que je ne connaissais pas et qui a l'air passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre est vraiment une somme, autant pour la cuisine sépharade qu'ashkénaze, je le recommande vraiment! Il est traduit en français également.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...